A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Sotuba Village :Ibrahim Kontao retrouvé à Sotuba
Festivités du 22-SEPTEMBRE : Sept nouveaux généraux nommés
Sotuba village : Ibrahim Kontao retrouvé à Sotuba
Grève des magistrats : les syndicats accusent « le bâtonnier de rouler pour le PM »
58e Anniversaire de l’indépendance : Les Maliens réaffirment leur désir de paix
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Les syndicats de la magistrature sur les nerfs

Les syndicats de la magistrature « déplorent » « l’attitude » du bâtonnier pour avoir transmis dans « une correspondance sur des éléments factuels de la grève...

Lire

23-09-2018

Grève des magistrats : les syndicats accusent « le bâtonnier de rouler pour le PM »

 

Inondation : Des chiffres alarmants qui confirment la menace

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Dégradation des routes : Les émeutes de Kati font tache d’huile au Mali
Attribution des logements sociaux : L’impatience et le doute s’installent dans le camp des postulants
Interpelle le Samedi : Ibrahim Ould Handa du MAA libéré sous la pression de la CMA
Situation du pays
58e Anniversaire de l’indépendance : Les Maliens réaffirment leur désir de paix
DDR : Les groupes armés boudent le camp de cantonnement
Présidence de la république : lettre de mission d’IBK au PM
SOUDAN DU SUD
Amnesty documente la "brutalité ahurissante" de nouveaux crimes

L’armée sud-soudanaise et ses milices alliées se sont livrées à de nouvelles atrocités d’une "brutalité ahurissante" contre des civils lors d’une offensive menée d’avril à début juillet dans le nord de ce pays en guerre civile, a déclaré Amnesty International dans un rapport publié mercredi. Dans ce document intitulé "Tout ce qui respirait était tué : des crimes de guerre à Leer et Mayendit", l’ONG a compilé les témoignages de quelque 100 survivants, qui font état de civils tués aveuglément, pendus à des arbres et "écrasés par des véhicules blindés", mais aussi de viols, enlèvements et pillages. L’offensive contre cette zone de l’Etat d’Unité (nord) tenue par les rebelles a débuté fin avril et a duré jusque début juillet, soit une semaine après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu ayant précédé la signature le 12 septembre du dernier accord de paix en date - les précédents s’étant soldés par des échecs. Le déferlement de violence qui s’est abattu sur les régions de Leer et Mayendit est un nouvel exemple des atrocités à caractère ethnique commises durant le conflit sud-soudanais, débuté fin 2013 deux ans et demi après l’indépendance et qui a fait des dizaines de milliers de morts et poussé des millions de Sud-soudanais à fuir leurs foyers. Les témoins cités par Amnesty International rapportent notamment l’usage de véhicules amphibies pour poursuivre les civils fuyant dans les marais et des tirs à l’aveugle dans les hautes herbes. Ils assurent également que les soldats, de l’ethnie dinka, celle du président Salva Kiir, rassemblaient des civils dans des habitations pour ensuite y mettre le feu."Il y avait aussi cinq enfants qu’ils ont frappés en les balançant contre un arbre, ils avaient deux ou trois ans. Ils ne veulent pas que les garçons vivent car ils savent qu’ils grandiront et deviendront des soldats", a raconté Nyaweke, 20 ans, citée dans le communiqué, qui a par ailleurs vu des soldats tuer son père.AFP

CAMEROUN
Les réseaux sociaux au coeur de la présidentielle

Vidéos d’exactions commises sur le sol camerounais publiées sur Facebook, forte présence politique sur Twitter : pour la première fois au Cameroun, les réseaux sociaux sont au coeur de l’élection présidentielle, prévue le 7 octobre. Y prendront part neuf candidats, dont le président sortant Paul Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, qui a annoncé dans l’été et de manière inédite sa candidature à une sixième réélection... sur Twitter. En 2011, date de la dernière présidentielle, seuls quelques candidats avaient utilisé les réseaux sociaux. Aujourd’hui, tous ou presque ont une équipe dédiée. Parmi les principaux challengers à Paul Biya, le candidat du Social Democratic Front (SDF, principal parti d’opposition) Joshua Osih va jusqu’à dialoguer avec les Camerounais sur la toile. Un internaute critique sa stature, selon lui, non présidentielle quand M. Osih poste une photo de lui à l’aéroport de Paris : "je veux justement rompre avec les protocoles", lui répond, du tac au tac, le compte officiel du candidat du SDF. "Il y a un potentiel de diffusion beaucoup plus important (pour les candidats présents sur Internet) que lorsque leur communication passe dans la presse papier ou à la radio", estime Julie Owono, directrice de l’ONG Internet Sans Frontières
Pour elle, cette présence accrue en 2018 sur Internet s’explique par un taux de connectivité qui a sensiblement augmenté au Cameroun : de 0,24% en 2011 à 35% en 2017, selon le ministère des Postes et Télécommunications cité par les médias d’Etat début septembre. "Il y a eu une diminution des coûts d’accès à Internet (et) la qualité du réseau s’est aussi améliorée", explique encore Mme Owono. Alors que la campagne présidentielle débute officiellement samedi, elle devrait largement être dominée par les défis sécuritaires du Cameroun dans ses régions anglophones.AFP

MADAGASCAR
La peste fait ses deux premiers morts de la saison

La peste a fait ses premières victimes de l’année à Madagascar où les autorités sanitaires ont annoncé avoir recensé depuis août deux cas de contamination mortelle par le bacille, qui avait tué plus de 200 personnes l’an dernier. "Selon des recensements effectués entre le 1er août et le 13 septembre, on a enregistré huit cas suspects de peste, dont six guérisons et deux décès dans les villages", a indiqué à l’AFP Manitra Rakotoarivony du ministère de la Santé publique. Le premier cas mortel a été identifié à Fiadanana, au nord de la capitale Antananarivo, le second dans le district d’Ambalavao (centre), a précisé le Dr Rakotoarivony. La peste est endémique à Madagascar et réapparaît presque chaque année depuis 1980 pendant la saison des pluies. Elle y est propagée par les rats poussés vers les habitations, notamment par la déforestation incontrôlée dans ce pays ravagé par la pauvreté. L’an dernier, cette épidémie s’était déclarée dès le mois d’août et s’était exceptionnellement propagée aux grandes zones urbaines. Elle avait causé un vent de panique au sein de la population, notamment à Antananarivo où les pharmacies avaient été prises d’assaut par les clients en quête de masques et d’antibiotiques. L’épidémie avait été finalement déclarée sous contrôle fin novembre 2017, après avoir fait plus de 200 morts. La bactérie de la peste, qui se développe chez les rats, est véhiculée par les puces. Chez l’homme, la forme pulmonaire de la maladie - transmissible par la toux - peut être fatale en seulement 24 à 72 heures. La forme bubonique est moins dangereuse. En février dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait mis en garde contre l’épidémie de peste de cette saison, estimant qu’elle risquait "d’affecter davantage Madagascar et même de déborder dans les pays voisins et au-delà".AFP

OUGANDA
L’Ougandais Ongwen, "victime" de la LRA avant d’être chef de guerre

L’ex-rebelle ougandais Dominic Ongwen doit être acquitté de crimes de guerre car il est avant tout une victime après avoir été utilisé comme enfant-soldat par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe armé redouté pour ses exactions, a déclaré mardi son avocat. M. Ongwen, également accusé de crimes contre l’humanité, fait face à 70 chefs d’accusation devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des actes présumés commis dans le nord de l’Ouganda entre 2002 et 2005. "Dominic Ongwen était une victime plutôt qu’un malfaiteur. Victime un jour, victime toujours", a déclaré son avocat Krispus Ayena Odongo devant la Cour de la Haye. "Les enfants enlevés par la LRA, comme l’accusé, sont utilisés dans la guerre dans le nord de l’Ouganda et ont grandi dans l’un des environnements les plus brutaux jamais connus de l’humanité", a-t-il ajouté lors de la déclaration d’ouverture de la défense. Considéré par les procureurs de la CPI comme l’un des leaders les plus redoutés de la LRA, M. Ongwen, 43 ans, est le seul commandant du groupe armé à être détenu à la Cour basée à La Haye. Son ancien chef, Joseph Kony, est toujours recherché, 13 ans après l’émission d’un mandat d’arrêt international. D’après l’ONU, la LRA a massacré plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 enfants depuis sa création vers 1986, pour les transformer en enfants-soldats ou en "épouses", des esclaves sexuelles en réalité. M. Ongwen est le premier accusé de la CPI à être considéré comme une victime par certains groupes de défense des droits de l’homme. Né en 1975, il a été enlevé à l’âge de 9 ans alors qu’il rentrait de l’école avant d’être formé en tant qu’enfant-soldat, selon son avocat.AFP

 

Musique : Sortie du nouvel opus d’Abdoul Fouad Do
Le reggae man Abdoul Fouad Do, artiste malien d'origine ghanéenne, lance un nouvel opus dont la sortie est prévue cette semaine. « C'est une façon de signaler mon retour dans le showbiz », a commenté l'artiste le lundi dernier (17 septembre). L'album est intitulé « Dogs stop tracking me », ce qui signifie en anglais « Chiens, arrêtez de me traquer ». Mais c'est un hommage aux pères de (...)
 

PROJET PALUDISME ET MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES : le Burkina, le Mali et le Niger échangent leurs expériences
L'Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) a organisé, du 19 au 20 septembre 2018, à l'hôtel El Farouk de Bamako, une réunion d'échanges sur les campagnes de chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) et traitement de masse (TDM) contre les maladies tropicales négligées (MTN). L'atelier a regroupé les représentants du Burkina, du Mali et du Niger, et les partenaires techniques et (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés