Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Un peu d’histoire, d’art et de culture
Festi Hip-hop : la première édition se tiendra du 7 au 13 mai à Bamako

Les rappeurs maliens participent à de nombreux festivals de Hip-hop à travers le monde. C’est pour cette raison que Master Soumy, son producteur Dony Brasco et d’autres rappeurs maliens ont eu l’idée d’organiser la première édition du festi Hip-hop au Mali, qui se tiendra du 7 au 13 mai à Bamako. Les initiateurs étaient face à la presse, le mardi 1er mai, au palais de la culture, pour expliquer l’état d’avancement de l’organisation. Les préparatifs, qui ont commencé il y a deux mois, vont bon train.

Dans le souci de bien encadrer les jeunes rappeurs maliens afin qu’ils puissent devenir des professionnels, Master Soumy, son producteur Dony Brasco et d’autres rappeurs maliens viennent de concrétiser une initiative qu’ils portaient depuis des années : l’organisation d’un festival de Hip-hop à Bamako. À travers ce festival, ils entendent contribuer à l’épanouissement du rap malien, tout en créant un cadre d’échanges entre jeunes et anciens rappeurs.

Selon Master Soumy, ce festival est un projet de longue date qui se réalise maintenant. « Depuis des années, nous avons l’idée, mais par manque de moyens, nous n’avons pu réaliser. C’est ainsi que cette année, nous nous sommes dit, avec ou sans moyen, nous allons foncer », a-t-il expliqué. Avant de souligner que le festival s’étend sur trois volets.

Le volet éducatif qui va concerner l’organisation d’un atelier de formation où les jeunes rappeurs vont apprendre avec les aînés les techniques d’écriture et d’élaboration des fiches techniques pour les concerts. Le volet concours de rap sur des thématiques telles que la jeunesse et les élections, la crise post-électorale, l’immigration clandestine, la corruption, la mauvaise gouvernance, l’incivisme, l’insécurité routière, les dangers liés à la consommation de l’alcool et de la drogue…

Ces différents thèmes, selon Master Soumy, font partie du concours qui s’appelle « 16 mesures pour convaincre ». Et enfin, le volet concerts qui va se dérouler dans la commune rurale de Dialakorodji dont les entrées sont gratuites. Plusieurs rappeurs viendront jouer aux concerts soit en semi live ou en live.

Le ministère de la Jeunesse et de la Construction citoyenne et celui de la Culture ont pris l’engagement d’accompagner l’initiative, à en croire Master Soumy. Lequel est convaincu que « le rap est une institution aujourd’hui au Mali. Nous voulons apporter notre contribution pour comment bien cadrer le secteur, car il y a beaucoup de dérives aussi. On essaie à notre manière d’apporter notre petite pierre à partir de nos expériences acquises ailleurs. Les rappeurs ont beaucoup contribué à l’éveil des consciences dans notre pays. Nous avons été décorés par l’Etat. Cela veut dire que nous représentons quelque chose pour la société. Cette musique peut véritablement contribuer au développement du Mali et à la consolidation de la démocratie à travers des sensibilisations. Nous n’avons pas eu de soutien de la part des entreprises privées au Mali ».

Notons qu’à la cérémonie de clôture du festival, il y aura une remise de diplôme de récompense aux 30 candidats du concours.

Diango COULIBALY

Le Reporter du 09 Mai 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés