Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Autonomisation des femmes et dividendes démographique au sahel : Une caravane pour le changement social et de comportement

Le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra a lancé hier jeudi 3 mai, une caravane nationale de communication en faveur du changement social et de comportement dans les villes de Dioila, Ségou, Koutiala, Sikasso et Bougouni. La campagne s’étendra du 3 au 9 mai prochain.

Le projet "Autonomisation des Femmes et Dividendes Démographique au Sahel" est dans sa phase décisive. Le volet relatif à l’information et la sensibilisation en faveur du changement social et de comportement dans les villes de Dioila, Ségou, Koutiala, Sikasso et Bougouni a été lancé hier par le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra. « Ce projet régional cadre avec l’un des objectifs de mon département qui met la population au cœur du développement et permettre ainsi à notre pays de capitaliser sur sa croissance démographique », a déclaré le ministre. Confronté aux défis démographiques, le besoin est fort dans la région du Sahel."Au plan national, le potentiel des dividendes démographiques reste faiblement exploité au regard d’un certain nombre de facteurs dont la lente transition démographique. C’est pour inverser cette tendance qu’est né le projet « Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel", a expliqué le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiemoko Diarra.

« Ce projet est une initiative régionale, née de la volonté des présidents de six pays de l’Afrique de l’Ouest et du centre. Il s’agit du Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Tchad », a-t-il ajouté.

Selon lui, il vise à renforcer le niveau d’autonomisation démographique chez les femmes et les adolescents en vue d’accélérer la transition des services démographiques dans la région.

 "A l’analyse, il ressort que les contraintes majeures liées à la mise en œuvre du projet SWEDD relèvent de la communication ou sont en lien avec elle. Il s’agit notamment de la persistance des barrières sociales, culturelles et religieuses : l’inégale répartition des radios de proximité, le faible niveau de plaidoyer pour les changements programmatiques et de politiques et le faible niveau de renforcement des capacités des auteurs intervenant dans la communication, notamment les médias. C’est pourquoi le gouvernement du Mali, à travers les départements ministériels de mise en œuvre du projet SWEED soutient le renforcement des capacités des groupements féminins…" 

"La campagne d’information et la sensibilisation en faveur du changement social et de comportement dans les villes de Dioila, Ségou, Koutiala, Sikasso et Bougouni est une étape importante dans l’atteinte des objectifs", a-t-il conclu.

Bréhima Sogoba

L’indicateur du Renouveau du 04 Avril 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés