Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Environnement : La GAGE pour améliorer les systèmes d’information

Le projet permettra à notre pays d’honorer ses obligations au titre des trois Conventions de Rio

Le jeudi 12 avril dernier, à l’hôtel el Farouk de Bamako, le projet Génération d’avantages globaux pour l’environnement (GAGE) a été mis sur les fonts baptismaux. Il est le fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Mali et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), à travers le Fonds mondial pour l’environnement (FEM).

Pour le représentant du PNUD au Mali M. Oumar Tamboura, ce projet consistera pour le Mali, à prendre de meilleures décisions, afin d’honorer ses obligations environnementales mondiales. Pour ce faire, le Mali doit avoir accès aux données et aux informations de qualité, afin de les utiliser aux besoins des pratiques. Ce qui lui permettra d’intégrer les priorités environnementales mondiales dans les processus de planification, de prise de décision et d’établissement de rapports.

Et M. Tamboura d’ajouter que l’approche décentralisée du développement durable adoptée par le Mali consiste à autonomiser et donner mandat aux collectivités territoriales, à travers un processus de transfert concomitant de compétences et de ressources. C’est pourquoi, ledit projet mettra à profit cette approche décentralisée sur laquelle il repose. Ce faisant, des outils seront mis au point et des capacités susceptibles d’être utilisées seront créées, afin de renforcer durablement les processus de consultation au niveau local.

De son côté, le conseiller technique, Seydou Keita s’est appesanti sur les avantages du projet. Sa mise en œuvre, a t-il souligné, permettra : de créer un cadre de concertation et d’échange avec l’ensemble des parties prenantes pour développer une stratégie coordonnée devant faciliter l’intégration des priorités environnementales mondiales et nationales ; d’intégrer la problématique de l’environnement mondial dans les systèmes d’information, de gestion et de suivi de la base des données au niveau national ; de renforcer les capacités institutionnelles au niveau décentralisé pour l’appui à la planification locale et la mobilisation des ressources dédiées à la mise en œuvre des recommandations des conventions de Rio.

Quant à l’exécution du projet sur le terrain, le représentant du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, dira qu’il sera mis en œuvre par le département de tutelle, à travers l’AEDD, avec l’assistance technique du PNUD. Le projet GAGE bénéficiera d’’une enveloppe totale d’environ 2 milliards de F CFA pour une durée d’exécution de 3 ans.

En rappel, le conseiller technique a souligné quelques faiblesses constatées, suite à une évaluation des capacités nationales pour la gestion de l’environnement. Il s’agit, entre autres, de : l’absence d’un système coordonné pour la collecte ; l’analyse, le stockage et la mise à disposition de données ou d’informations environnementales fiables ; la faiblesse du cadre harmonisé de suivi des indicateurs des conventions sur la diversité biologique, les changements climatiques et la désertification ; le manque de ressources financières et surtout de personnel qualifié dédié à la collecte, au traitement et à la diffusion de certaines données environnementales.

Diakalia M Dembélé

Le 22 Septembre 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés