Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Tjikan
11ème session du conseil d’administration de l’Institut des Sciences Humaines : Le budget 2018 s’élève en recettes et en dépenses à 408.262.000 FCFA

La 11ème session ordinaire du conseil d’administration de l’Institut des Sciences Humaines s’est tenue le vendredi 9 mars dernier dans la salle de conférence dudit institut. C’était sous la présidence de la représentante du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Mme Diarra Haby Sanou.

L’ordre du jour portait sur l’adoption du compte rendu de la 10ème session ordinaire et le point d’exécution des recommandations, l’adoption du rapport d’activités 2017 et le point d’exécution du budget 2017, l’adoption du programme d’activités 2018 et du projet de budget 2018 et les questions diverses.

Dans son intervention, Mme Diarra Haby Sanou a rappelé que l’Institut des Sciences Humaines a hérité d’une institution coloniale. Il s’agit de l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN) qui est devenu l’Institut Fondamental d’Afrique Noire en 1966. Selon elle, l’IFAN avait dans les années 1940, jeté les bases de la recherche en sciences humaines et sociales au sein desquelles, les sciences biologiques occupaient une place de choix. 

« L’ISH est une institution publique de recherche au service de la culture et du développement qui a été créée en 1962 puis érigée en établissement public à caractère scientifique et culturel et placé sous la tutelle du ministre chargé de la Recherche Scientifique par l’ordonnance N°02-0557/ P-RM du 5 juin 2002 », a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter que l’Institut a pour principale mission, de mener des études et des recherches dans le domaine des sciences sociales et humaines.

Pour elle, l’ISH est chargé d’améliorer les connaissances dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la géographie humaine et de la littérature. Mais aussi de contribuer à la formation des étudiants et au perfectionnement des chercheurs dans les domaines de leurs compétences. Il s’agit aussi de collecter, conserver et diffuser les résultats de la recherche, de contribuer à la protection du patrimoine culturel national en collaboration avec les institutions nationales compétentes.

Aux dires de Mme Diarra, de sa déclaration à nos jours, l’ISH a obtenu des résultats probants dans la formation des chercheurs de haut niveau grâce à la coopération avec des centres de recherche internationaux.

« Ces chercheurs ont à leur tour encadré de nombreux étudiants dans nos universités et instituts de recherche. L’ISH a servi également de support administratif et logistique pour l’accueil de nombreuses équipes de recherche venues de différents continents. Ces équipes par leurs publications scientifiques ont permis la mise à jour du brillant passé du Mali », a-t-elle laissé entendre. Avant d’ajouter que le plus important est de contribuer à une meilleure connaissance des évolutions de la société malienne actuelle, en procédant par un solide éclairage sur le passé, mais aussi le présent, en vue d’informer et sensibiliser pour mieux armer les décideurs.

D’après elle, la 11ème session du conseil d’administration de l’ISH se tient au moment où le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique s’est attelé à la mise en œuvre de la politique nationale de la science, de la technologie et de l’innovation. « L’amélioration du cadre et des conditions de travail a en effet été pendant longtemps, une préoccupation majeure des travailleurs, mais aussi du département en charge de la recherche scientifique à travers le Gouvernement tout entier », dit-elle. Et d’expliquer que des études et recherches menées au cours de l’année 2017 ont porté essentiellement sur ‘’l’orpaillage au Mali : analyse socio-anthropologique’’, ‘’l’Office du Niger : les mutations sociales dans un contexte d’insécurité foncière’’, ‘’les recherches archéologiques au Mandé : une perspective de développement du tourisme dans les environs de Bamako’’, ‘’la culture comme source de réconciliation nationale : interrogation et perspective à partir du cas malien.

Enfin, Mme Diarra Haby Sanou dira que le budget 2018 de l’ISH s’élève en recettes et en dépenses à 408.262.000 FCFA contre une réalisation de 493.355.563 FCFA en 2017, soit une diminution de 17,24% à cause de l’absence cette année, d’une subvention du BSI.

Aoua Traoré

Du 13 Mars 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés