Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Marche pacifique à Fana : La population exige que leur localité soit érigée en région

Hier, mercredi 17 janvier 2018, le collectif pour la défense de la régionalisation de Fana a organisé une marche pacifique pour exiger la régionalisation de Fana et la réhabilitation de la route Fana- Béléco-Ména. Selon les organisateurs, cette marche pacifique rentre dans le cadre d’un rappel du résultat des travaux de décentralisation de 2005 effectué par un panel d’experts qui avait choisi Fana parmi tant d’autres localités susceptibles d’être une région administrative.

Cette marche a débuté du marché du carrefour de Bèlèco à la sous préfecture de Fana. Sur les banderoles des marcheurs, on pouvait lire : « Population de Beleco-Mena, réhabilitation route-Fana-belèco pour stopper les décès, des évacuations sanitaires types Césarienne » ; « Coordination des sociétés civiles Fana Marca-Coungo, Bélèco, Mena, Kerela, au nom des 500 000 âmes, OUI pour la régionalisation de FANA pour un Mali juste ». Cette marche a duré pendant au moins deux heures de temps. Dans une déclaration remis au sous préfet de Fana, Béniéna Mounkoro, le Collectif indique :

« Nous les membres du collectif pour la défense de la régionalisation de Fana issu des associations et organisations de la société civile et des différents chefs de villages, présidé par Banou TRAORE Chef de Village de Fana, voudrions à travers cette marche pacifique ; porter à la connaissance des autorités Etatiques du Mali nos préoccupations qui s’articulent autour de deux points : la régionalisation de Fana et la réhabilitation de la route de Fana-Béléco-Mena ». S’agissant de la régionalisation Fana, le Collectif souligne que l’Etat du Mali dans sa politique de décentralisation a confié à un panel d’expert une mission de découpage administratif dont les critères étaient entre autres : le Maintien des liens de solidarité sociaux existants ; l’existence d’une ville ou village centre avec une assiette fiscale conséquente, l’aspect géographique en termes de distance et de continuité entre deux régions, la cohésion du milieu physique, le consensus entre les acteurs en vue d’une convergence des intérêts, le maintien du découpage existant.

« Le résultat des travaux des experts basés sur les critères ci-dessous cités ont été sanctionnés par une note du ministère de l’administration territoriale référenciée (N° 00183:MATCL du 06 Décembre 2005) qui a porté le choix sur Fana comme localité ayant le potentiel d’être région administrative. A la grande surprise de tous les Maliens le nom de Fana a disparu du processus, en faveur d’autre localité, faisant ainsi fi de tout critère d’éligibilité. Cet état de fait a créé un sentiment de frustration de près de 500.000 habitants dans la zone de Fana ; notamment Zantiguila Korokoro, Marca-Coungo Fana, Kéréla, Nangola, Beleco, Mena etc ». Le collectif demande au gouvernement d’examiner la situation et à bien vouloir aller dans le sens de l’application du résultat des études de 2005. En outre, le Collectif demande aux autorités actuelles de corriger les erreurs du passé afin d’éviter la création d’un climat de haine de mépris entre les citoyens et maintenir la cohésion sociale entre tous les fils du pays pour un Mali juste, uni et apaisé. Concernant la réhabilitation de la route Fana-Béléco-Ména, le collectif a déploré le nombre de mort dû au mauvais état de la route.

« C’est une zone productrice de Maïs, de Sorgho, de sésame de coton, et surtout de produits maraichers donc périssables qui est dans l’incapacité totale d’écouler les produits sur le marché urbain en vue de son épanouissement à cause de la dégradation indescriptible d’une route qui n’a bénéficié de retouche qu’en 1979 lors du passage de Moussa TRAORE, et depuis de quelques entretiens mineurs de la CMDT pour l’évacuation de son Coton. Nous continuons de croire au gouvernement et l’assistons dans sa quête de développement pour tous et espérons qu’il nous entendra »,selon le Collectif.

Aguibou Sogodogo
Le Républicain du 18 Janvier 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés