Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Amadou Toumani TOURE : Le retour au bercail de l’ex-chef de l’Etat diversement apprécié par les Maliens

Depuis le dimanche 17 décembre, l’information est tombée. L’ancien président de la République Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis le coup d’Etat de mars 2012, s’apprête à rentrer au pays le 24 décembre sur décision du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. Pour certains Maliens, ce retour donnera un coup de fouet positif au processus de réconciliation. Pour d’autres, l’ex-chef de l’Etat est à l’origine de la grave crise que le Mali traverse.

L’ancien président de la République va regagner son pays natal après cinq ans d’exil au Sénégal suite au coup d’Etat de 2012 opéré par des militaires face à la crise multidimensionnelle que traversait le pays à l’époque. La réconciliation nationale se fera avec le retour d’Amadou Toumani Touré.

"Tant qu’Amadou Toumani Touré restera à Dakar, la réconciliation nationale ne sera pas enclenchée. L’arrivée d’Amadou Toumani Touré va donner un nouveau souffle à la réconciliation nationale, c’est de là que tout partira", déclare Lassana Simpara, un étudiant.

"Amadou Toumani Touré, c’est un fils de ce pays, il a le droit de rentrer au Mali. Il fut chef d’Etat du Mali, le voir en exil n’est pas une bonne image pour le pays. Son retour doit être célébré", se réjouit Boubakar Traoré, un comédien. Le même avis est partagé par Ismaël Ifra Ndiaye.

"ATT est le père de la démocratie. C’est lui qui a conduit une des meilleures transitions politiques de l’Afrique francophone. Il s’apprêtait à quitter le pouvoir en organisant les élections sans désigner de dauphin, il a accepté de démissionner pour que le Mali ne soit pas divisé en 2012. Son retour au bercail va donner un nouveau visage au processus de réconciliation nationale", explique-t-il.

Par contre, le retour d’ATT est une stratégie politique du président de la République. "Nous sommes à sept mois de l’élection présidentielle. C’est une manière, pour le président de la République, d’augmenter sa popularité auprès de la population afin d’avoir beaucoup d’électeurs à la prochaine échéance électorale. Son retour n’a rien à voir avec la réconciliation nationale, tout le problème du Mali c’est lui", selon Souleymane Kéita, un vendeur.

Son retour ne fera qu’augmenter la crise. "L’ancien président est à la base de toutes les crises que traverse le Mali, la rébellion, l’accroissement de la corruption, le manque de performance de l’armée, la chute du niveau de l’école, tout a commencé sous son mandat. Son retour ne va rien résoudre. C’est le principal coupable", assène Mariam Diallo, une vendeuse.

Moctar Dramane Koné, Stagiaire

L’Indicateur du Renouveau du 20 Décembre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés