Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Tjikan
Journée Mondiale du Diabète : La FeNaDiM sensibilise la population sur la maladie

La célébration officielle de la Journée Mondiale du Diabète a eu lieu le mardi 14 novembre dernier sur le terrain de football en face du Centre de Santé de Référence (CSREF) de la commune I. Cette journée commémorative a été organisée par la Fédération Nationale des Diabétiques du Mali (FeNaDiM), en partenariat avec l’ONG Santé Diabète, le service d’endocrinologie et de diabétologie de l’Hôpital du Mali et la Direction Nationale de la Santé. C’était en présence du représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Ibrahim Koné, du président de la FeNaDiM, Balla Kouyaté, du représentant des enfants diabétiques du Mali, Moussa Thiam, du Maire de la commune I, Mamadou B. Keïta et du représentant de l’OMS, Pr Massambou Sacko.

L’objectif de cette journée était d’informer et sensibiliser la population sur le diabète avec un dépistage gratuit. Le thème retenu cette année est ‘’ femmes et diabète’’.
Après ses mots de bienvenue, le Maire de la commune I, Mamadou B. Keïta dira que le diabète est devenu un problème de santé publique au Mali à l’instar des autres pays du monde. C’est pourquoi, l’initiative de consacrer des journées à cette maladie à travers des activités de sensibilisation et de dépistage doit être encouragée et soutenue par l’ensemble des acteurs de la santé et de la société civile.
Pour sa part, le président de la FeNaDiM Balla Kouyaté a rappelé que sa fédération a été créée le 13 novembre 2011 au Carrefour des Jeunes avec 16 Associations. Et aujourd’hui précise-t-il, elle compte 35 associations membres et couvrant la quasi-totalité du territoire national y compris Kidal.

« En ce jour solennel du 14 novembre 2017, Journée Mondiale de lutte contre le Diabète dont le thème est ‘’ femmes et diabète’’, la FeNaDiM dans son cri de cœur de tous les jours, sollicite comme d’habitude et toujours, l’accompagnement de tous les partenaires », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que leur objectif fondamental est qu’ils œuvrent ensemble afin que les personnes saines puissent être préservées et que celles déjà atteintes vivent mieux avec la maladie.

« Chers partenaires, un petit clin d’œil sur nous, nous ferait du bien et nous encouragerait à croire que nous ne sommes pas seuls et que nous sommes au moins assistés », a-t-il laissé entendre. Avant de souligner qu’ils sont beaucoup à la prise en charge des enfants diabétiques dont 500 environ sont entièrement aux bons soins de Santé Diabète qui semble beaucoup orientée en grande partie sur le Mali, le Sénégal, le Burkina Faso et les Iles Comores.

Le représentant des enfants diabétiques du Mali, Moussa Thiam quant à lui dira que l’unité de prise en charge des enfants compte aujourd’hui 619 enfants diabétiques dont 301 femmes et 318 hommes. Ces enfants diabétiques dit-il, ont besoin de 2 à 3 injections d’insuline par jour pour vivre. Ce qui équivaut à 1 ou 2 flacons par mois.
« Les contrôles glycémiques sont quasi quotidiens, les analyses biologiques tels que l’hémoglobine glyquée, le cholestérol, les bilans ophtalmologiques doivent être réguliers. Le saut d’une injection quotidienne peut entrainer des complications aigues chez un enfant diabétique et causer la mort », a-t-il expliqué. Avant de préciser que tous ces éléments prouvent que la prise en charge d’un enfant diabétique coûte énormément cher.

« Si le prix de l’insuline à diminué de 48% depuis 2003 grâce au travail de partenaires comme l’ONG Santé Diabète, elle reste inaccessible pour les familles des enfants diabétiques qui sont majoritairement issus des couches défavorisées de notre pays. Par ailleurs, il faut ajouter à l’insuline, les frais de consultation, d’hospitalisation et les frais de voyage pour certains enfants qui sont obligés par manque de personnel qualifié dans leurs localités, de se déplacer vers les structures dotées de ces personnels. Le coût élevé de ce traitement, associé à des ruptures d’approvisionnement en insuline dans certaines localités, est responsable de la mauvaise observance du traitement et favorise l’apparition des complications chez les enfants diabétiques qui peuvent avoir des conséquences dramatiques », a-t-il déploré. A en croire Moussa Thiam, les enfants diabétiques sont pris en charge gratuitement par l’ONG Santé Diabète à travers le Programme Life for a Child de la Fédération Internationale du Diabète. Un programme qui, d’après lui, enregistre chaque année environ 60 nouveaux enfants. Pour lui, c’est grâce à ce programme que 556 enfants diabétiques ont pu être identifiés alors qu’ils étaient moins de 10 en 2003.

« Sans l’intervention de l’ONG Santé Diabète, leurs familles ne pourraient pas assurer leur prise en charge. L’adoption d’une politique nationale de lutte contre le diabète qui inclura un programme national de prise en charge gratuite des enfants diabétiques serait un ouf de soulagement pour nous ainsi que pour nos parents. Nous aussi, on voudrait avoir une vie tranquille, chaque jour se lever et profiter pleinement de la vie », a-t-il déclaré. Avant d’expliquer qu’il est temps que la population prenne conscience de la gravité de la situation et qu’un enfant peut être atteint du diabète.

A sa suite, le représentant de l’OMS, Pr Massambou Sacko dira que le thème choisi cette année souligne le rôle important que les femmes jouent dans la prévention ou la gestion des facteurs de risque du diabète. Selon lui, le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par une concentration élevée de sucre dans le sang. « L’OMS continuera à soutenir les gouvernements dans leurs efforts pour améliorer la prévention et le contrôle du diabète et d’autres maladies non transmissibles », a-t-il promis. Le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Ibrahim Koné abondera dans le même sens. Selon lui, le thème de cette année est évocateur car les filles et les femmes atteintes de diabète rencontrent des obstacles dans l’accès à la prévention, au dépistage précoce, au diagnostic, au traitement et aux soins, surtout dans les pays en voie de développement. 

Aoua Traoré

Du 17 Novembre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés