Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’ Indicateur du Renouveau
Mali : 40 ans après sa mort, "les idéaux défendus par Modibo Keita trépassent"

Bien qu’il s’est battu pour la cause commune du peuple malien, ses idéaux sembles ne plus être supportables chez le Malien d’aujourd’hui.

Arrivé à la tête du pays le 20 juillet 1960, Modibo Kéita est nommé chef du gouvernement de la Fédération du Mali (qui regroupait le Soudan français et le Sénégal). Après l’éclatement de cette Fédération, le 22 septembre 1960, il proclame l’indépendance du Soudan français qui devient la République du Mali. Il en prend la présidence.

Socialiste, il oriente son pays vers une socialisation progressive de l’économie, d’abord de l’agriculture et du commerce avec la création en octobre 1960 de la Société malienne d’importation et d’exportation (Somiex) ayant le monopole de l’exportation des produits maliens et de l’importation des produits manufacturés et des biens alimentaires (sucre, thé, lait en poudre…) et de leur distribution à l’intérieur du pays. La création du franc malien en 1962 et les difficultés d’approvisionnement entraînent une inflation importante et un mécontentement dans la population, notamment auprès des paysans et des commerçants.

Sur le plan politique, Modibo Kéita fait rapidement incarcérer ses opposants comme Fily Dabo Sissoko et Hamadoun Dicko, anciens députés représentant le Soudan à l’Assemblée nationale française. A partir de 1967, il déclenche la "révolution active" et suspend la Constitution en créant le Comité national de défense de la révolution (CNDR). Les exactions des milices populaires et la dévaluation du franc malien en 1967 amènent un mécontentement général.

Modibo Kéita continue de fasciner la jeunesse africaine, près de 40 ans après son assassinat, le 16 mai 1977. Il aura marqué son époque. Entre ses discours poignants à la tribune des Nations unies et de l’Organisation de l’unité africaine - l’actuelle Union africaine -, et ses prises de position en faveur des peuples opprimés tels que les Noirs sud-africains, le leader Maliens et toute l’Afrique entière.

"Au-delà des acquis économiques et sociaux, les idées de Modibo restent en nous et nous en sommes fier. J’en retiens qu’elle a formaté un homme nouveau", a commenté un des fils Komakan Kéita. Selon lui, Modibo a lié le peuple malien à son époque et aimait son pays. En plus il a poursuivi que : "Les idéaux défendus par le père de notre indépendance sont jetés dans la poubelle. Je me rends compte qu’il était en avance sur son temps, car de nombreux Africains se réclament de l’homme.

Si 40 ans après, les plus jeunes s’identifient à Modibo, c’est qu’il reste un homme politique contemporain", a ajouté M. Kéita. Au-delà de son inquiétude, il a invité les chefs d’Etat actuels à faire preuve de responsabilité dans les fonctions et de faire tache d’huile positivement.

A. Diabaté
(Stagiaire)

08 Aout 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés