Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  22 Septembre (hebdo du lundi)
Partis politiques : Place au Mouvement Faso-Mali

La grande famille politique s’est agrandie, le dimanche 2 juillet dernier avec la naissance de cette nouvelle formation

Le Mouvement Faso-Mali ou la patrie a été lancé le dimanche 2 juillet dernier à la Maison des jeunes de Bamako, sous une forte pluie. C’était sous la présidence de son jeune président, Amadou Moussa Coulibaly en présence de son parrain, Jeamille Bittar, et de nombreux militants et sympathisants majoritairement jeunes de la nouvelle formation politique.

L’ambiance était au rendez-vous, des applaudissement, des chants et danses des unis et des autres. C’est dans cette atmosphère festive que le jeune président du Mouvement, s’est adressé à ses militants et sympathisants.

Amadou Moussa Coulibaly a saisi cette occasion solennelle, pour exprimer son appréhension quant à la place inconfortable et au rôle qu’on attribue aux jeunes maliens, dans les différentes sphères de la vie nationale. Et ce malgré que ces jeunes constituent l’essentiel de la population. Est-il besoin de préciser, que nous nous refusons à ce constat pessimiste, qui est presqu’une négation de la volonté de considérer les jeunes dans les affaires de l’Etat, s’est-il interrogé ?

« Il faut bien reconnaitre que les jeunes Maliens sont mutilés, et semblent perdus dans la comédie sociale et le dédale infernal, d’une gangrène évaluée à l’échelle nationale où la quête perpétuelle de leur identité véritable, condition sine-qua-non à leur épanouissement, est aujourd’hui plus que jamais la cible privilégiée de menaces relevant de l’obscurantisme politique.

En tant que jeune leader soucieux de ma chère Nation, je suis convaincu que le baptême du Faso-Mali auquel vous avez été conviés ce matin est une sonnette d’alarme qui permettra inéluctablement à la jeunesse du Mali de reprendre confiance, car comme le dit notre slogan : « La Jeunesse au cœur de la politique. » La jeunesse est une force imprescriptible dans les grands rendez-vous de l’histoire de toute Nation. Elle est l’origine et pas souvent la destination des désirs des politiques qui affirment ainsi leurs défaillances et qui en paient généralement les exorbitantes factures lorsque ces mêmes jeunes issus d’origines diverses, de régions parfois opposées, de religions différentes décident de couler dans les rues de la capitale, une marée humaine pour tomber ces régimes » a indiqué le président Faso Mali.

Le Faso Mali soutient, selon lui, que la transition de la jeunesse à l’âge adulte est une période clé qui est caractérisée par une plus grande indépendance économique, la participation politique et l’exécution du rôle que lui incombe sa position dans la vie de la communauté.

 « Pourtant les réalités politiques, économiques et sociales laissent peu de choix et constituent une menace sérieuse quant à la volonté des jeunes maliens de s’engager » a estimé Amadou Moussa Coulibaly. Et, d’ajouter : « Encore une fois, je crois avec la dernière énergie que l’évènement de ce matin doit susciter des idées aux pouvoirs politiques pour considérer la jeunesse comme un atout inestimable, dont le rôle consistera à consolider l’ensemble des tissus relevant de notre chère patrie le Mali.

Il faut ainsi remarquer que le problème de l’Education constitue encore une faille dans l’urgence que devrait constituer l’accessibilité des plus jeunes aux services sociaux de base » a martelé le président de Faso-Mali.

« Aucune Nation ne peut prétendre à prospérer dans l’incapacité de gérer efficacement sa jeunesse et mieux, de lui donner les outils nécessaires pour tracer sa voie dans le concert de la politique de la Nation dont les objectifs premiers devraient consister à offrir le bien-être social au service du peuple malien » a conclu Amadou Moussa Coulibaly.

AMTouré

Du 06 Juillet 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés