Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Carrefour
PRÉSIDENTIELLE 2018 : Le temps des tonneaux vides ?

Il nous a été rappelé que sur les 64 membres des Partis de la Convention de la Majorité Présidentielle (CMP) seuls 14 Partis politiques ont des élus. Les autres Partis pendatifs de la démocratie n’ont rien comme poids politiques, ils n’ont que leurs bouches pour crier à tout bout de champ ‘’j’invite IBK à solliciter un second mandat’’. Un acte qui prouve que ces Partis alimentaires veulent être plus demandeurs que l’intéressé lui-même. Lorsqu’on admire la nouvelle manière plus que l’époux lui-même, c’est que tu es amoureux d’elle.
Au moment où les partis significatifs sur l’arène politique nationale, attendent d’évaluer le quinquennat pour en avoir le cœur net sur le bilan d’IBK, les alimentaires rassemblent deux juifs et un arménien pour crier : ‘’Un second mandat ! Un second mandat’’ ! Veulent-ils être nommés comme sénateurs dans après le référendum constitutionnel ?

Leurs façons de faire et de dire font qu’ils sont devenus les griots politiques de l’ère démocratique. Tout le monde disait à ATT ‘’Nous avons mourir pour toi’’. Lorsque le coup d’Etat est intervenu quels sont ceux qui sont morts pour ATT le bienfaiteur et le bâtisseur de l’ère démocratique ?

Ce sont les mêmes laudateurs qu’on croyait qu’ils sont devenus aphones après le coup d’Etat du 22 mars 2012. Ils profitent de leur soit disant congrès ou conférence nationale pour justifier les fonds qu’ils ont reçu du financement public de partis politiques pour ‘’tympaniser’’ nos oreilles.

Ces supporteurs spontanés savent-ils que leur cas a été prise en compte par ce politologue au nom de Alfred Sanny dans son livre intitulé tragédie du pouvoir (1978). En effet ce dernier disait ceci : ‘’La démocratie ne consiste pas à s’unir mais à savoir se diviser. L’unanimité, le plein accord est un mauvais signe’’.

C’est d’ailleurs la raison qui fait que dans beaucoup de démocratie le pouvoir s’organise pour donner à l’opposition la place qui lui revient de droit dans la vie démocratique. Nos laudateurs politiques sont-ils prêts à attendre cela ?
Le drame dans la démocratie malienne c’est que beaucoup d’hommes politiques ne donnent presque pas de place à l’éthique et à la dignité dans leurs comportements. Ce comportement va de leur capacité d’adaptation rapide à toutes les situations. Ces flagorneurs sont de véritables virtuoses de la séduction. Ils ont toujours deux langues dans leurs bouches pour les besoins de la cause. Ils disent très souvent : « IBK est un homme extraordinaire, à la pensée profonde, sa clairvoyance d’esprit, son sens de responsabilité est une chance pour cette nation. Il conduit l’alternance avec une lucidité qui nous vaut satisfaction dans tous les domaines ». Cela se dit au moment où l’insécurité est généralisée au nord et au centre du pays et que ni l’administration malienne, ni les FAMAS ne peuvent mettre pied à Kidal cette ville qui fait cohabiter deux drapeaux, celui du Mali tout entier et celui de l’Etat d’Azawad. Que les élites politiques de ce pays ont changé. Elles sont toutes devenues des Kouyatés ou Séguè ni babi et des Kaladioula sanghoï, ou des Diabatés.

Nous souhaitons que Dieu chatille les laudateurs politiques au Mali, jusqu’à ce qu’ont entendent leurs cris à Gourma-Rharous, à Tombouctou et à Kidal.

Ivette GUINDO

Du 17 Mars 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés