Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
APE, dette intérieure, développement durable : Les recettes des altermondialistes

Crises institutionnelles, manque de perspectives économiques pour un développement durable, insécurité, dette intérieure élevée… la 12e édition du Forum des peuples de la Coalition des alternatives africaines dettes et développement-Mali (CAD-Mali) se tient dans un contexte particulier. Les altermondialistes exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les Etats africains.

Ouéléssébougou, capitale du Djitoumou a accueilli du 7 au 8 janvier derniers, la 12e édition du Forum des peuples. Durant deux jours, les centaines de participants ont eu droit à des débats et échanges à travers des symposiums, des conférences populaires paysannes, plénières, des ateliers qui ont pris en compte les préoccupations fondamentales et légitimes des peuples.

Selon le président de la CAD-Mali, Issa Kamissoko, la 12e édition a été un sommet alternatif citoyen pour contribuer à la réflexion sur les problématiques qui impactent le développement durable du continent et pour faire des propositions alternatives sur les questions telles la dette, les accords de partenariat, la sécurité, le foncier, l’immigration, les ressources naturelles, l’agriculture, l’énergie et le climat.

"Cinquante-cinq ans après la fin de la colonisation, il est temps que les relations franco-africaines ne se limitent plus aux simples clauses de style, aux formes diplomatiques convenues, moins encore une subordination néocolonialiste. Le Sommet Afrique-France doit donner l’occasion de formuler des revendications concrètes sur les questions de droits humains, de dette, de coopération et autres. C’est ainsi que la 12e édition du Forum des peuples s’est donnée comme slogan ‘les peuples exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les Etats africains’", a justifié le président de la CAD-Mali.
Selon lui, il s’agit d’interpeller les dirigeants de France et d’Afrique afin qu’ils prennent des décisions qui répondent au mieux aux aspirations des peuples.
Par ce forum, la CAD-Mali vient d’apporter sa contribution au 27e Sommet Afrique France, a admis le sous-préfet de Ouéléssébougou, Modibo Diarra.
"Nos paysans, éleveurs, commerçants ont été édifiés sur le partenariat entre France et Afrique. Les délégations du Burkina, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, de la Guinée, du Ghana, de la Mauritanie, du Niger, de la RDC, du Sénégal, du Togo ont partagé des expériences avec les Maliens", a reconnu le sous-préfet de Ouéléssébougou.

Et de reconnaître que le sommet alternatif a donné l’opportunité de se pencher sur les problématiques du continent.

Bréhima Sogoba
Envoyé spécial

L’Indicateur du Renouveau du 09 Janvier 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés