Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Débat
Inauguration de l’usine de cimenterie de Diago par IBK : Du ciment bon marché pour les Maliens

La nouvelle usine de cimenterie de Diago vient d’être inaugurée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Fruit de la coopération entre le Mali et le Maroc, cette infrastructure est un investissement de plus de 20 milliards de FCFA et dispose d’une capacité de production annuelle de 500 000 tonnes. L’objectif est de couvrir 25% des besoins maliens avec la production d’un ciment de haute qualité à moindre prix.

La nouvelle usine de Cimenterie du Mali (CIMAF-Mali) est une filiale de la société marocaine de Ciment de l’Atlas ‘CIMAT). Cette installation du groupe au Mali a pour but de fournir le marché local en ciment de qualité et en quantité. À travers cette usine, l’entreprise veut anticiper la réponse à la demande du marché de plus en plus forte afin d’accompagner les travaux et grands projets d’infrastructures, BTP et surtout le programme des logements sociaux-grand consommateur de ciment. L’objectif est de couvrir tous les besoins du Mali avec la production d’un ciment de haute qualité à moindre prix.

La cimenterie installée à Diago, une localité située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Bamako, dispose d’une capacité annuelle de production de 500 000 tonnes ; elle a nécessité un investissement de plus de 20 milliards de FCFA. Cette capacité peut être doublée en cas d’extension de l’usine. Les sacs seront fabriqués localement et serviront à fournir le marché local sur lequel le prix actuel du ciment est de 4500FCFA.

Pour Anas Sefriqui, Président directeur général du Groupe CIMAT/CIMAF, durant la phase de construction du projet, qui a duré environ 24 mois, entre 800 et 1000 employés ont travaillé sur le chantier. « Actuellement, en phase exploitation, entre emplois directs et indirects, nous sommes à un niveau d’environ 200 personnes et 1000 personnes, respectivement. La cimenterie a été mise en place avec la dernière technologie disponible, permettant de respecter les standards nationaux et internationaux les plus exigeants, aussi bien en matière de procès et d’économie d’énergie, qu’en matière de protection de l’environnement. Pour jouer notre rôle dans la création d’emplois au Mali, nous avons décidé que 95% des salariés soient des Maliens. Les ingénieurs et techniciens de CIMAF-Mali ont suivi plusieurs mois de formation dans nos usines du Maroc, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso », a-t-il déclaré.

Le PDG a également annoncé que l’installation de nouvelles cimenteries en Afrique s’inscrit à la fois dans la stratégie d’expansion du groupe, mais aussi dans la volonté de développer le partenariat sud-sud. Parmi les avantages liés à l’installation de cette usine, il a cité la satisfaction de la demande locale, le transfert de technologie, la baisse du prix de vente du ciment, la facilitation de l’accès au logement, la formation de la main-d’œuvre locale et la création d’emploi.

Quant au ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, il a déclaré que cette infrastructure s’inscrit dans le cadre de la volonté politique du président de la République de faire de l’industrialisation au Mali une réalité. « L’arbre que vous (IBK) avez planté a porté des fruits ». Selon le ministre, le Mali est le plus grand importateur de ciment dans la zone UEMOA. Pour Mohamed Aly Ag Ibrahim, cette tendance est inacceptable. C’est pourquoi, il a annoncé que conformément à la volonté politique du président IBK, les prémices d’un Mali industrialisé sont désormais visibles. Le ministre a aussi signalé que des mesures sont en cours pour lutter contre la fraude, les autres pratiques déloyales dans le domaine industriel au Mali.

La construction de cette usine s’inscrit dans la convention signée entre le groupe ADDOHA et l’Etat malien, le 20 février 2014. Parmi les 17 conventions de partenariat et protocoles d’accord signés, figure l’accord conclu entre le gouvernement malien et les sociétés Ciments de l’Afrique et Groupe CIMAF. L’accord a été signé par le PDG Anas Sefriqui pour la partie marocaine, et par le ministre de la Promotion de l’investissement pour la partie malienne.

Wassolo

Du 20 Décembre 2016

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés