A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Soumaïla Cissé rejette les résultats de l’administration et réclame sa victoire : « J’ai remporté cette élection avec 51,75% des voix »
Kofi Annan et l’Afrique : la cicatrice du génocide, les succès d’un diplomate
Affaire Smart Média : Polémique entre un ministre et un fils du président IBK
Observation électorale : Un rapport révèle plus d’incohérences au second tour de la présidentielle malienne
Mouton de Tabaski, butin de campagne
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Élection présidentielle : Soumi se déclare vainqueur avec 51,75% des voix

Le candidat Soumaïla Cissé a fait une déclaration le vendredi 17 août 2018 à l’Hôtel Salam de Bamako pour dire qu’il sort vainqueur de l’élection présidentielle avec 51,75% des voix contre 48,25% pour son adversaire, IIBK.

Lire

20-08-2018

Soumaïla Cissé rejette les résultats de l’administration et réclame sa victoire : « J’ai remporté cette élection avec 51,75% des voix »

 

Résultats provisoires complets du 2e tour de la présidentielle :La fête dans le QG d’IBK et protestation par les partisans de Soumaïla Cissé

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Observation électorale : Un rapport révèle plus d’incohérences au second tour de la présidentielle malienne
Journée mondiale de l’aide humanitaire : Le Ministre Hamadoun Konaté félicite les acteurs
Veille de Tabaski : Ambiance au grand marché de Bamako
Situation du pays
Contre les violences électorales en 2018 : Le réseau genre de la Cedeao au Mali sensibilise les jeunes
Réélection d’IBK : La fin d’un faux suspense
« Ces résultats ne reflètent pas la vérité des urnes, nous lançons un appel à la mobilisation citoyenne ... »
CAMEROUN
Biya "seul responsable" de la crise anglophone

Le président camerounais Paul Biya est "le seul responsable" du conflit dans les régions anglophones de son pays, a affirmé dans un entretien à l’AFP Joshua Osih, candidat du principal parti d’opposition à la présidentielle d’octobre. Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, dont Joshua Osih est originaire, sont en proie depuis fin 2016 à une crise politique qui a dégénéré fin 2017 en un conflit entre forces armées et séparatistes anglophones. Il a fait des dizaines de morts, dont au moins 80 soldats et policiers, et a contraint environ 200.000 personnes à fuir de chez elles. L’ombre de ce conflit plane sur l’organisation en zone anglophone de l’élection présidentielle du 7 octobre à laquelle M. Osih et sept autres candidats affronteront Paul Biya, 85 ans, qui se représente après 35 ans au pouvoir. C’est la première fois qu’il se présente à ce scrutin pour le Social democratic front (SDF, principal parti d’opposition) qui était jusqu’alors représenté par John Fru Ndi, son leader historique. "Si le président de la République, commandant en chef des forces armées, envoie ses troupes tirer sur des Camerounais, c’est lui le seul responsable", a déclaré M. Osih, rencontré à Douala (Ouest) au siège de campagne du SDF.AFP

LIBYE
La pêche à l’explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée

Pas de grasse matinée pour les Libyens riverains de la Méditerranée à Tripoli, réveillés chaque week-end par les déflagrations de dynamite, une pratique de pêche ravageant les récifs et la faune marine dans l’impunité la plus totale. Plus rentable mais beaucoup plus nuisible que les techniques classiques, cette pêche était déjà répandue en Libye. Mais elle s’est encore développée avec la prolifération des armes depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011. Postées sur les réseaux sociaux par des pêcheurs se vantant de leurs exploits sans crainte de poursuites judiciaires, des vidéos montrent des déflagrations soulevant l’eau de quelques mètres et projetant des dizaines de poissons morts à la surface. "On entend les déflagrations (...) mais personne ne peut les arrêter", déplore Bannour Abou-Kahal, directeur du port de pêche de Garaboulli, à l’est de Tripoli. "Elles font trembler les vieilles fenêtres de ma maison près de la mer tous les vendredis matin. Je ne m’habitue pas à ce bruit et lorsque mes petits-enfants viennent me rendre visite, je dois les rassurer en leur disant qu’il s’agit de gens qui pêchent et non de bombardements de l’Otan", raconte Mariam, 64 ans. Faible conscience écologique..AFP

RDC
Kabila refuse tout "chantage" autour de la présidentielle

Le président congolais Joseph Kabila, qui a désigné la semaine dernière un candidat de la majorité pour lui succéder après 17 ans au pouvoir, a assuré vendredi au sommet de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) à Windhoek qu’il n’accepte aucun "chantage" quant à la présidentielle de décembre. "Nous avons rejeté toute obligation ou tout chantage quant à notre processus électoral. Nous continuerons à être fermes sur ce dossier et à nous préparer au scrutin", a affirmé M. Kabila, qui s’exprimait en anglais. Sous pression de la communauté internationale et de son opposition, Kabila a créé la surprise le 8 août en désignant l’ancien ministre de l’Intérieur et secrétaire permanent du parti présidentiel (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary, comme candidat de la majorité à la présidentielle.Le président namibien Hage Geingob a quant à lui salué le "travail" de M. Kabila qui a permis "d’organiser les élections en décembre 2018 comme prévu"L’un des pays les plus pauvres d’Afrique malgré ses ressources minières, la RDC n’a jamais connu de passation pacifique de pouvoir depuis son indépendance de la Belgique le 30 juin 1960.AFP.

Nigéria
33 enfants sont morts dans un camp du Nord-Est en quinze jours

Trente-trois enfants sont morts en deux semaines entre les 2 et 15 août dans un camp du nord-est du Nigeria abritant des personnes chassées de chez elles par l’insurrection du groupe islamiste Boko Haram, a indiqué vendredi Médecins sans Frontières (MSF).
"Beaucoup d’enfants sont dans un état critique quand ils arrivent, et leur condition empire dans le camp, par manque d’assistance et de soins", explique MSF dans un communiqué.(...) "L’aide fournie n’a pas suivi l’augmentation du nombre des déplacés qui continuent d’arriver chaque jour. Le camp, conçu pour un maximum de 25.000 personnes, a atteint sa capacité maximale à la fin du mois de juillet", a-telle souligné.En juin, le président nigérian Muhammadu Buhari, qui est candidat à sa réélection en 2019, avait affirmé que le Nord-Est reculé était dans une "phase de stabilisation post-conflit".
Mais une récente recrudescence des attaques a mis en évidence la détérioration de la sécurité dans cette région. Des soldats se sont récemment mutinés pour protester contre un ordre de redéploiement dans une zone contrôlée par Boko Haram, après une série d’attaques sanglantes du groupe contre des bases militaires ces derniers mois.AFP.

 

Art et culture : Mery Sangaré, un artisan sculpteur hors pair
La société coopérative Mery Sangaré pour la promotion de la culture et de l'artisanat a accordé une interview à travers son président, Mery Sangaré, à l'Indicateur du renouveau dans son atelier, à Faladié-Socoro près de l'école le progrès. Pour parler du parcours et des difficultés que les artisans rencontrent au Mali, leur vision sur l'art et la culture, les propositions de solutions aux (...)
 

Sikasso : Le MSHP inaugure la DRS
Dans le cadre de l'amélioration des conditions de travail des agents de santé, le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Samba Sow, a inauguré jeudi dernier la nouvelle direction régionale de la santé de Sikasso. Le coût de l'édifice est estimé à plus de 800 millions de F CFA. L'inauguration de la nouvelle direction régionale de la Santé de Sikasso entre dans une série de (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés