A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Bougouba : Un homme de 35 ans viole sa belle-fille mineure
Commissariats de polices : Des interpellations et arrestations
IBK et le deuxième mandat : "Mon sort n’est pas entre ses mains"
Mission de bons offices dans le centre et le nord : IBK ne voulait pas de Mahmoud Dicko
Espace universitaire : Le Cenou s’engage à endiguer la violence par des mesures urgentes
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

G5-Sahel : L’UE va doubler sa contribution

L’Union européenne va doubler son financement pour la Force militaire du G5 Sahel pour lutter contre les jihadistes dans la région du Sahel, en débloquant 50 millions d’euros, ont indiqué des sources de l’UE mercredi.

Lire

24-02-2018

G5-SAHEL : L’UE va doubler sa contribution financière à la Force conjointe

 

Gao : 2 soldats français tués et un autre blessé dans l’explosion d’une mine

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Espace universitaire : Le Cenou s’engage à endiguer la violence par des mesures urgentes
10ème session du comité de pilotage du PIDRK : 2018, une année charnière !
Conseil des ministres : Ce qui va changer dans la vie du policier malien
Situation du pays
Processus budgétaire 2019 : C’est parti pour les travaux préparatoires
Crise malienne : Les appels des djihadistes contre les élections
Douentza : un homme de 40 ans tué par des individus armés non identifiés à Boni
CENTRAFRIQUE
2 tués et au moins 8 blessés au PK5 de Bangui

Deux personnes ont été tuées et au moins huit blessées, entre jeudi soir et vendredi matin, dans des échanges de tirs entre deux groupes armés du PK5, quartier où habite la majorité des musulmans de Bangui, capitale de la Centrafrique, a appris l’AFP de sources concordantes. Deux corps étaient gardés vendredi matin à la mosquée, a constaté un correspondant de l’AFP, tandis qu’au moins huit personnes ont été blessés et emmenées dans des hôpitaux alentours, selon des surveillants de l’hôpital communautaire de Bangui et de l’hôpital du quartier Sica 1 géré par l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF). Selon un habitant du quartier, les hommes d’un groupe armé du quartier PK5, emmené par le surnommé "Force" se sont opposés à partir de jeudi soir à des hommes d’un ancien groupe armé reconvertis en agents de sécurité, emmenés par "You le Géant". "Les hommes de +Force+ ont tenté de fermer le marché (dont les hommes de +You le géant+ ont la surveillance), ce qui a entrainé une réplique des hommes de +You le géant+", a expliqué cet habitant à l’AFP, sans que le déroulé exact des événements ait pu être confirmé de sources concordantes. Depuis plusieurs jours, le PK5 est en proie à de fortes tensions entre les commerçants, les groupes armés et la Minusca, la mission de l’ONU en RCA.AFP

SOUDAN DU SUD
Une commission de l’ONU veut des poursuites pour crimes contre l’humanité

Un total de 41 hauts responsables sud-soudanais ont été identifiés par une Commission de l’ONU pour les droits de l’Homme en vue de poursuites pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, dont des viols et meurtres à caractère ethnique perpétrés dans ce pays en guerre depuis décembre 2013. Dans des termes d’une sévérité rarement constatée de la part de l’ONU depuis le début de ce conflit dévastateur, la Commission onusienne des droits de l’Homme pour le Soudan du Sud a tiré vendredi à boulets rouges aussi bien sur les forces fidèles au président Salva Kiir que sur celles loyales au chef rebelle et ancien vice-président Riek Machar. Ce rapport s’inscrit d’ailleurs dans un durcissement du ton adopté dernièrement par la communauté internationale, qui perd patience vis-à-vis des dirigeants sud-soudanais, tenus responsables des souffrances infligées à leur peuple et des multiples violations de cessez-le-feu. "Il y a suffisamment de preuves pour conclure que (ces groupes armés et leurs alliés) visent délibérément les civils en fonction de leur appartenance ethnique, se livrant à des meurtres, des enlèvements, des viols et autres violences sexuelles, ainsi que des destructions de villages et des pillages", a soutenu la Commission dans son rapport. "Ces actes constituent des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité". AFP

SERRA LEONE
Corruption, excision, projets chinois : cinq choses à savoir sur les élections

Quelque 3,1 millions d’électeurs sierra-léonais sont appelés aux urnes le 7 mars pour des élections présidentielle, législatives et locales qui tourneront la page d’une décennie de pouvoir du président Ernest Bai Koroma. Petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest, un des plus pauvres au monde, la Sierra Leone a vu son développement freiné par une corruption endémique, une épidémie d’Ebola et, l’an dernier, par des inondations meurtrières. Voici cinq choses à savoir à une dizaine de jours du scrutin :
Nouveaux partis et visages connus La scène politique est traditionnellement dominée par Congrès de tout le Peuple (APC, au pouvoir) et par le Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP), principale formation d’opposition. Mais l’émergence d’un nouveau parti, la Grande coalition nationale (NGC), et de son candidat charismatique, l’ex-SLPP Kandeh Yumkella, pourrait en partie rebattre les cartes. Le chef de l’Etat sierra-léonais a désigné son ancien ministre des Affaires étrangères Samura Kamara comme candidat de son parti, dont il entend continuer à exercer la direction. Le SLPP a pour sa part choisi Julius Maada Bio, brièvement à la tête d’une junte en 1996 puis battu par M. Koroma en 2012, qui a cette fois fait campagne sur un programme anti-corruption. "Un second tour entre l’APC et le SLPP est le scénario le plus probable, mais la NGC pourrait être déterminante dans la désignation du vainqueur final".AFP

RWANDA
Cinq réfugiés congolais tués par la police dans un camp

Cinq réfugiés congolais ont été tués et une vingtaine blessés par la police lors de la dispersion d’une manifestation dans un camp situé au Rwanda, a annoncé vendredi la police à Kigali. La répression de cette manifestation dans le camp de réfugiés de Kiziba, dans l’ouest du Rwanda, est intervenue après plusieurs jours de protestation contre la réduction des rations alimentaires. "Des manifestants violents armés de pierres, de bâtons et de projectiles en fer ont agressé et blessé sept policiers", a affirmé le porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege. Les policiers ont donc été "contraints d’utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser" ces manifestants. "Malheureusement, 20 émeutiers ont été blessés, dont cinq ont succombé à leurs blessures", a ajouté le porte-parole, sans préciser la nature des blessures subies. Le gouvernement avait dans un premier temps affirmé qu’il n’y avait pas eu de morts. Environ 2.000 réfugiés ont commencé à protester mardi contre la réduction des rations alimentaires dans ce camp où vivent quelque 17.000 personnes venues de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), certaines il y a plus de vingt ans. La décision de réduire d’un quart les rations alimentaires a été prise par le Programme alimentaire mondial (PAM), en raison "d’un manque de fonds", selon Jean-Claude Rwahama, responsable rwandais de la politique des réfugiés.AFP

 

13ème édition du Festival Reggae du Mali : Le Musée National vibre aux sons du Reggae du 22 au 24 février
La cérémonie d'ouverture de la 13ème édition du festival Reggae du Mali couplé avec le 73ème anniversaire de la naissance de Robert Nesta Marley s'est tenue hier jeudi 22 février au Musée National sur le thème « le panafricanisme : quelle contribution à la construction des États Unis d'Afrique ». C'était en présence du représentant du ministre de la Culture Boureïma Fofana,de la présidente de (...)
 

42ème session budgétaire du CNOS : Le budget 2018 s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.587.192.000 FCFA
La 42ème session budgétaire du Centre National d'Odontostomatologie (CNOS) s'est tenue le mercredi 21 février dernier. Présidée par Mme Salimata Coulibaly, présidente du conseil d'administration, ladite session a eu lieu dans la salle de conférence de la structure en présence du Directeur Général, Pr Souleymane Togora. D'entrée de jeu, le Directeur Général du CNOS, Pr Souleymane Togora a (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés