A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Moussa Mara depuis Berlin : « La Minusma est sous tutelle de la mission Barkhane »
Le 26 mars a-t-il échappé à ses acteurs ?
En lieu et place d’un paraphe : le HCUA renforce ses instances en catimini
Pr Aly Nouhoum Diallo à l’occasion de la commémoration de la journée des martyrs : « Tous les germes de la désintégration du pays sont dans l’accord d’Alger »
Contribution : « Les bateaux » du président ATT
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

“Formation de troupe d’élite”

Invité à exposer sa lecture de la situation malienne, l’ancien PM a exprimé sa vision sur l’intérêt des forces internationales dans la perspective de la pacification du pays...

Lire

29-03-2015

Moussa Mara depuis Berlin : « La Minusma est sous tutelle de la mission Barkhane »

 

Pr Aly Nouhoum Diallo à l’occasion de la commémoration de la journée des martyrs : « Tous les germes de la désintégration du pays sont dans l’accord d’Alger »

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
En lieu et place d’un paraphe : le HCUA renforce ses instances en catimini
Iba N’Diaye au meeting des amis d’ATT : « Le devenir des présidents de la République doit être notre préoccupation majeure »
Réconciliation au MALI : mobilisation générale pour le retour d’ATT
Situation du pays
N’ayant plus de moyens de contrer l’avancée de Dr. Oumar Mariko dans la conscience populaire, Konaté le diffame !
Top secret : Le ministre Zahabi à propos de réconciliation, en tout cas il a les mots
Accord de paix et de réconcilia- tion d’Alger : le MP22 appelle les forces patriotiques à empêcher la signature du document
Nigeria
Le président Jonathan appelle à voter massi- vement et dans le calme

Le président Goodluck Jonathan a appelé vendredi les Nigérians à voter massivement et dans le calme, à la veille d’élections présidentielle et législatives. La présidentiel- le s’annonce comme la plus serrée de l’histoire du pays le plus peuplé d’Afrique (173 millions d’habitants), entre le président Jonathan et son principal adversaire, l’ancien général Muhammadu Buhari. Les frontières maritimes et terrestres ont été fermées mercredi à minuit (23H00 GMT), et les véhicules ont "interdiction totale" de circuler samedi, sauf pour des "missions essentielles", entre 08H00 et 17H00. Ces derniers jours, des queues gigantesques se sont formées devant les stations service des grandes villes, les Nigérians faisant des réserves de carburant. Dans les supermarchés, les caddies étaient remplis de bidons d’eau et de vivres, la population se préparant à être enfermée pendant plusieurs jours en cas de tensions post-électorales. Lors des précédentes élections, en 2011, près d’un millier de personnes ont péri dans des affrontements à la suite de l’annonce de la défaite de M. Buhari face à M. Jonathan. Aux violences politiques, s’ajoutent les menaces d’attentats islamistes. AFP

Afrique du Sud
Débat autour de la statue d’un colon

En Afrique du Sud, les étudiants semblent sur le point de faire tomber la statue de Cecil John Rhodes. Le monument pourrait être déplacé, dans un lieu plus discret ou dans un musée. Les dirigeants de l’université du Cap se sont prononcés en faveur de cette solution, qui doit être validée par un conseil universitaire spécial. Des étudiants ont fait le siège des bureaux de l’adminis- tration, où ils ont passé plusieurs nuits. En retour, des messages d’insultes ont été placardés sur les panneaux d’affichage de la faculté à l’intention des organisateurs du mouvement. Tout le pays se questionne sur cet héritage controversé. Une statue du roi George V a notamment été vandalisée devant l’université du Kwazulu Natal. Le monument a été recouvert de peinture blanche, et de pancartes appelant à la « fin du privilège blanc ». La polémique qui divise l’Afrique du Sud a trouvé un écho à l’université d’Oxford, où un débat sur le sujet a été organisé. Leurs protestations ont également ravivé le débat au Zimbabwe, où Cecil John Rhodes est enterré. Des militants de la Zanu-PF ont à nouveau réclamé que les restes du colon britannique soient exhumés et renvoyés en Grande-Bretagne. RFI

Burundi
Le casse-tête financier des étudiants

Tiré à quatre épingles, Serge-Claver Nzisabira finit sa toilette sur le palier du minuscule logement de Bujumbura qu’il habite avec quatre autres étudiants. A l’intérieur, l’un des colocataires, en pleine crise de paludisme, est encore alité sur l’un des deux petits matelas que tous partagent. Comme la majorité des Burundais, le jeune homme de 25 ans et ses camarades jonglent pour survivre dans un pays parmi les plus densément peuplés et les plus pauvres d’Afrique, où les problèmes économiques, surtout à l’approche d’élections générales tendues, deviennent explosifs. Le rudimentaire deux-pièces, situé dans un quartier périphérique de la capitale burundaise, est tout ce que les cinq étudiants peuvent se permettre. Ils ne vivent que de la bourse du gouvernement — 30.000 francs burundais par mois (environ 17 euros), l’équivalent du loyer —, qui tombe souvent en retard. Comme beaucoup d’étudiants, Serge-Claver Nzisabira, originaire de la commune de Nyanzalac, dans la province méridionale de Makemba, vient d’une famille rurale pauvre. Et dans la capitale, le jeune homme, qui se contente d’un repas pas jour, a de plus en plus en plus de mal à faire face à la flambée des prix. AFP

Gabon
Une héritière d’Omar Bongo réclame l’acte de naissance d’Ali Bongo devant la justice française

Une héritière d’Omar Bongo Ondimba va saisir la justice française pour obtenir communication de l’Etat civil complet de l’actuel président Ali Bongo Ondimba dans le cadre de la succession de l’ancien président gabonais décédé en 2009. Parmi les 53 héritiers déclarés d’Omar Bongo, seul Ali Bongo Ondimba n’a pas communiqué d’acte de naissance, relève Eric Moutet, avocat d’Onaida Maisha Bongo Ondimba, fille du défunt président. L’acte de naissance du président gabonais est actuellement au cœur d’une vive controverse. Dans son dernier livre, "Nouvelles affaires africaines", le journaliste français Pierre Péan accuse Ali Bongo Ondimba de l’avoir falsifié, affirmant qu’il serait en fait un enfant nigérian adopté pendant la guerre du Biafra, à la fin des année 60. Ce que la présidence réfute. Or, la Constitution stipule qu’il faut être né gabonais pour briguer la présidence, et l’opposition s’est saisie de cet argument pour demander le départ du chef de l’Etat. Comme l’a révélé le site Mediapart, cette héritière a sollicité une copie intégrale de l’acte de naissance d’Ali Bongo auprès du procureur de la République de Nantes (ouest). AFP

 

Trois questions à M’Baye Boubacar Diarra à propos du décret sur le droit d’auteur et droits voisins : « Je me demande si les membres du Patronat sont réellement des Maliens »
Après avoir exprimé sa désapprobation de l'annulation du décret sur les droits d'auteur et les droits voisins par la Cour suprême, le Président de l'Association des producteurs et éditeurs de musique, M'Baye Boubacar Diarra, explique les tenants et aboutissants du décret N°2014-0407/P-RM fixant notamment les modalités de perception et de répartition des redevances de droits d'auteur. En quoi (...)
 

Écoles privées de santé : un point de chute favori pour les recalés du DEF et du BAC
De nos jours, la quasi-totalité, des candidats recalés du DEF ou du Baccalauréat, a comme point de chute favori les établissements scolaires privés de santé. Une situation qui n'est pas sans conséquence sur la santé publique n'est pas agent de santé qui le veut. A Bamako comme dans les capitales régionales, les établissements scolaires privés de santé foisonnent comme du champignon. A Bamako (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés