A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
7ème journée du championnat national ligue 1 Orange : le Stade maintient la pression sur le COB
Football malien : que veut réellement Yéli Sissoko !
Décès d’Oumou Simbo Keita : les malheurs pleuvent sur le bloc présidentiel
Le chef coutumier des touareg Mohamed Ag Intalla : « Je suis Malien, Kidal ne réclame ni indépendance, ni autonomie »
L’Assemblée Nationale en deuil
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Faut-il faire confiance à Mohamed Ag Intalla ?

Chaque fois que les pourparlers d’Alger reprennent cours, l’occasion est saisie par les groupes rebelles d’amuser la galerie...

Lire

27-02-2015

Pourparlers inter-maliens à Alger : le jeu trouble des rebelles ne doit tromper personne

 

Le chef coutumier des touareg Mohamed Ag Intalla : « Je suis Malien, Kidal ne réclame ni indépendance, ni autonomie »

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
L’insécurité gagne la première institution du pays : un faux décret portant une fausse signature du Président IBK…
Délégation Générale aux Elections : les agents recenseurs sevrés de leurs primes
Guéguerre entre contoncul- teurs : les manœuvres de Bakary Togola mises à nu
Situation du pays
Adoption du statut de l’opposition par l’Assemblée nationale : Modibo Sidibé et Djiguiba Keita cachent mal leur mécontentement
Mohamed Ag Intallah ne ferait “plus partie du Mali” : un cas typique de haute trahison
Interview (presque) imaginaire : IBK : « Ma majorité présidentielle est une minorité pestilentielle ! »
Nigeria
Elections : les partis politiques s’affrontent sur les réseaux sociaux

Les principaux partis- sur des dizaines en lice-, le Congrès progressiste(APC, opposition) et le Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir), s’affronteront le 28 mars pour une présidentielle et des législatives, et deux semaines plus tard pour l’élection des gouverneurs des Etats de la fédération nigériane. Un sondage, réalisé peu avant le 14 février initialement prévue pour la présidentielle, les donnait à égalité, à 42% des voix chacun. Le PDP et l’APC "utilisent toutes les tribunes pour atteindre les électeurs", explique Muyiwa Akintunde, de Leap Communications, société de relations publiques. Les deux partis ont toujours recours aux supports traditionnels : radio, télévision, journaux et affiches. Ils se sont aussi tournés vers les réseaux sociaux, dans un pays qui voit exploser l’usage des téléphones mobiles et smartphones. Les célébrités sont également mobilisées. Dans la cité pétrolière de Port Harcourt, l’ancien capitaine de l’équipe nationale de football, Joseph Yobo, est à l’œuvre pour soutenir le président sortant. Et le candidat de l’APC, l’ancien dictateur militaire est soutenu par le populaire musicien traditionnel Wasiu Ayinde Marshall. AFP

France/Rwanda
Kagame à Paris, pas de rencontre organisée avec des officiels français

Le président rwandais Paul Kagame doit arriver ce jeudi à Paris. C’est la première fois que le chef de l’Etat rwandais met les pieds en France depuis qu’il a accusé Paris d’avoir participé au génocide rwandais. Ni le président français François Hollande, ni son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius ne sont présents pour rencontrer Paul Kagame, explique-t-on du côté des autorités françaises. C’est une visite à l’Unesco et pas spécifiquement un déplacement en France, dit-on à l’unisson côté rwandais. Depuis la rencontre entre Paul Kagame et Laurent Fabius, à Libreville, sous l’auspice d’Ali Bongo, en mai dernier, il n’y a pas eu d’efforts diplomatiques entre les deux pays. Au cours de cet échange au Gabon, le ministre français avait demandé au président rwandais ce qui était précisément reproché à la France pour justifier l’accusation de la participation directe de Paris dans le génocide de 1994. C’est la France qui est en tort, c’est à elle de faire des efforts, explique une source officielle rwandaise. Cette nouvelle brouille était intervenue après six années de rapprochement entre les deux pays. RFI

Sénégal
Sall “descendant d’esclave”, la phrase de Wade fait polémique

L’ancien président du Sénégal s’est emporté contre son successeur Macky Sall. Lors d’une réunion de son parti, Abdoulaye Wade a tenu mardi 24 janvier des propos jugés injurieux par le parti présidentiel. « Je n’accepterais pas que Macky Sall soit au-dessus de moi ou de mon fils Karim. C’est un descendant d’esclave. » Sur les réseaux sociaux, on commente ces déclarations. Les médias les ont repris et traduits en langue locale. « Et l’attaque est encore plus dure en wolof », explique l’analyste politique Babacar Justin Ndiaye. Alors que certaines associations des droits de l’homme s’inquiètent de la violence dans les discours politiques, du côté de l’opposition, on reconnait que ces propos relèvent de la passion. Mais pour Seydou Gueye, le porte-parole de l’APR, le parti présidentiel, ce sont des actes calculés, car l’objectif de l’ancien président est de faire sortir son fils de prison. Réel dérapage ou stratégie de l’opposition ? « Les deux ne sont pas antinomiques », poursuit Babacar Justin Ndiaye. « Abdoulaye Wade est un animal politique », précise-t-il, avant d’ajouter : « Du dialogue, il est désormais passé à la confrontation. » RFI

Mozambique
Maputo démolit ses quartiers inondables

Chaque saison des pluies, la périphérie pauvre de Maputo, la capitale mozambicaine, se trans- forme en immense flaque d’eau stagnante propice au paludisme et autres maladies. Cette année, la mairie a envoyé les bulldozers. Gilda, une occupante illégale d’une quarantaine d’années, expulsée le matin même avec ses enfants, a juste le temps d’entasser ses meubles et ses affaires dans la rue que les emplo- yés municipaux attaquent déjà à la hache les murs en roseaux du lieu qu’elle occupait dans le quartier de Magoanine. Sous les yeux ébahis des journalistes, le responsable du quartier, Augustino Daniel, explique que c’est pour empêcher que ces habitations misé- rables soient réoccupées que la municipalité procède à leur démolition. Les maisons inondées ne résistent pas face au bras articulé du tractopelle. En deux allers-retours, les voilà réduites à un tas de détritus baignant dans une eau verdâtre. D’ici septembre, 400 habitations doivent être rasées dans le cadre de l’opération de réorganisa- tion urbaine engagée par Maputo. Le centre-ville témoigne de cette effervescence, avec des tours d’appartements et de bureaux qui pullulent et se hissent toujours plus haut. AFP

 

Festival Massa Makan Diabaté : le parcours du grand littéraire conté à la nouvelle génération
Hier jeudi, le lycée Massa Makan Diabaté sis à Baco Djicoroni a été transformé en un haut lieu de la culture. La raison, le festival Massa Makan Diabaté qui s'y tient et qui prendra fin le vendredi 28 février, fait valoir les talents des élèves de nombreux établissements d'enseignement secondaire. Les responsables scolaires, administratifs et politiques ont aussi massivement répondu à (...)
 

Écoles privées de santé : un point de chute favori pour les recalés du DEF et du BAC
De nos jours, la quasi-totalité, des candidats recalés du DEF ou du Baccalauréat, a comme point de chute favori les établissements scolaires privés de santé. Une situation qui n'est pas sans conséquence sur la santé publique n'est pas agent de santé qui le veut. A Bamako comme dans les capitales régionales, les établissements scolaires privés de santé foisonnent comme du champignon. A Bamako (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés