A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Signature de l’accord de paix : La médiation fixe une date, la CMA résiste
A 21 ans, il viole une femme mariée et en état de grossesse
Élection au conseil malien des transporteurs routiers : Quand le ministre Koumaré entretient la confusion et fait des exclus
Gouvernance et rigueur : Le point faible des ministres d’IBK
G. Huberson : « Ceux qui ne signeront pas l’accord deviendront des obstacles à la paix »
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Refus du paraphe de l’accord par la CMA : Vers des sanctions ciblées ?

L’équipe de médiation internationale a appelé les différentes parties à procéder à la signature de l’accord le 15 mai prochain, mais la CMA n’entend toujours pas parapher le document...

Lire

21-04-2015

Signature de l’accord de paix : La médiation fixe une date, la CMA résiste

 

Assemblée nationale : le premier ministre intimé à répondre aux députés

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Accord de paix : La mauvaise foi de Bilal Ag Chérif et ses complices
Gouvernance et rigueur : Le point faible des ministres d’IBK
Confirmation de la bonne santé de la CMDT : Un bénéfice de plus de 14 milliards de FCFA
Situation du pays
Accord sur le nord du Mali : la stratégie du diviser pour mieux signer
Élection au conseil malien des transporteurs routiers : Quand le ministre Koumaré entretient la confusion et fait des exclus
Pénurie de cartes d’identité et passeports et insécurité grandissante au Mali : Le Général Sada Samaké fait son mea culpa devant les députés
Afrique du Sud
Le roi des Zoulous rejette toute responsabilité dans les violences xénophobes

Le roi des Zoulous, Goodwill Zwelithini a rejeté toute responsabilité dans les violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts et des milliers de réfugiés en Afrique du Sud. "Tous les gens qui m’écoutaient à Pongolo (le 23 mars, ndlr) comprennent bien le zoulou (...). On a donné au public une version déformée et mal interprétée de mon discours", a-t-il déclaré lundi en zoulou. Les médias avaient alors rapporté qu’il avait appelé les étrangers à "faire leurs bagages et quitter" le pays. "Cette violence envers nos frères et sœurs est une honte. (...) protégeons nos frères et sœurs africains", a-t-il lancé au cours d’un meeting dans le grand stade de Durban (est). "Mon discours à Pongolo était destiné à la police, appelant à une meilleure application de la loi" afin de lutter contre la criminalité et l’immigration illégale, a assuré Goodwill Zwelithini. "Cette violence est destinée à diviser les Africains et à nous dresser les uns contre les autres", a-t-il relevé, mettant en cause une "troisième force", allusion au gouvernement blanc qui au début des années 1990, à la fin de l’apartheid, avait manœuvré pour dresser le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela contre le parti zoulou Inkatha. AFP

BAD
La guerre de succession est ouverte

Donald Kaberuka,rwandais, président de la Banque africaine de développement (BAD), arrive au terme de son mandat en septembre. Le 28 mai prochain son successeur sera connu. L’usage de l’alternance veut qu’un président franco- phone prenne le relais d’un président anglophone. Ce qui, a priori, écarte des candidats comme l’Ethiopien Ato Sufian Ahmed, le Zimbabwéen Zondo Thomas Sakala ou le Sierra-Léonais Samura Kamara. Un handicap que n’a pas le Nigérian Akinwumi Adesina qui est, dit-on, parfaitement francophone et représente la première économie du continent. Ombre à son tableau, il est soutenu par un président, Goodluck Jonathan, et une équipe gouvernementale qui ont dû quitter le pouvoir. Côté francophone, on note les candidatures du Tchadien Bedoumra Kordje ou encore du Malien Birima Boubacar Sidibé qui pourrait fédérer derrière lui les 15 Etats membres de la Cédéao. C’est aussi le cas de la seule femme candidate, Cristina Duarte dont le pays, le Cap-Vert, fait figure de modèle économique. Le Maghreb est représenté par le Tunisien Jalloul Ayed, furtif ministre des Finances de Rached Ghannouchi, mais issu d’un pays qui a hébergé pendant dix longues années le siège de la BAD. RFI

Libye
Parlements “très pro- ches d’un accord final”

Les négociations entre les deux parlements rivaux libyens sont désormais "très proches" de déboucher sur "un accord final", a annoncé dimanche l’émissaire de l’ONU pour la Libye au terme d’un troisième round de pourparlers au Maroc. Les parties sont enclines a accepter "80% du projet d’accord" devant aboutir à un gouvernement d’union nationale, même s’il restent des "ajustements" et des points sur lesquels "ils doivent encore se consulter", a déclaré à la presse Bernardino Leon. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye est en proie au chaos, avec actuellement deux Parlements et gouvernement rivaux, l’un dans la capitale Tripoli aux mains de Fajr Libya, une coalition de milices, et l’autre exilé dans l’est du pays et reconnu par la communauté internationale. La mission onusienne "va nous remettre aujourd’hui sa réponse aux remarques des parties", a déclaré lors d’un point de presse le chef de la délégation du¨Parlement de Tripoli, Mohamed Saleh al-Makhzoum, qui dit "espérer atteindre le niveau d’accord évoqué par M. Leon". De son côté, le chef de la délégation du Parlement de Tobrouk, Mohamed Chouaib, a déclaré "que le dialogue a beaucoup avancé". AFP

France/Algérie
Petits pas dans la réconciliation des mémoires

Pour la première fois, un responsable ministériel français est venu se recueillir à Sétif en Algérie, à la mémoire des victimes des massacres du 8 mai 1945. Le secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, est arrivé dimanche 19 avril dans la matinée dans la cité algérienne. Il a déposé une gerbe de fleurs sur le monument érigé à la mémoire de Saal Bouzid, la première victime algérienne des massacres de Sétif. Mais pour montrer qu’aucune mémoire n’est oubliée par la France, il s’est rendu au cimetière marin de Mers-el-Kébir et au cimetière du Petit Lac à Oran, où reposent les victimes françaises et européennes des massacres. Un symbole qu’a salué le ministre algérien des Moudjahidines, Tayeb Zitouni. Pour le secrétaire d’Etat français, il ne s’agit pas de repentance, mais bien d’une reconnaissance des souffrances causées au peuple algérien. Le responsable français a précisé qu’il ne souhaitait oublier aucune mémoire dans cette histoire tragique. Sur le livre d’or qu’il a signé après sa visite du musée national, il a indiqué rendre hommage aux victimes algériennes et européennes de Sétif, de Guelma et Kherrata. RFI

 

Art divinatoire : le géomancien Moussa Fomba expérimente “Le YIRINI” (Pions en bois)
Depuis des années, Moussa Fomba grand géomancien, cartomancien de renommée internationale a nourri l'idée de créer un support divinatoire adapté au contexte Malien. Pour réaliser ce rêve, il a cherché à percer les secrets des Cartes comme le tarot de Marseille le plus connu, la carte de Sybille, le tarot du graal, le tribal tarot, les cartes ordinaires (mes premiers amours), etc. Moussa Fomba (...)
 

L’avortement médicamenteux des jeunes filles : tous les moyens sont bons pour briser un fœtus !
L'avortement médicamenteux correspond à l'interruption volontaire d'une grossesse provoquée par les médicaments. Par le fait que l'avortement reste un acte non autorisé dans notre pays, les jeunes filles y s'adonnent généralement dans la cachette avec des médicaments non conseillés. De bouche à oreille elles n'ont aucune crainte de préparer leur potion à la maison sans l'aide d'un médecin (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés