A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Crise malienne : La Cédéao dénonce la Minusma
Antiterrorisme : Annonce de la chasse à Iyad Ag Ghaly par le Pôle judiciaire spécialisé
Collectivités territoriales : La CMA exige la libre administration
Reconduite a la frontière : Emmanuel Macron met la pression sur le Mali et d’autres pays africains
Coupures intempestives de courant : EDM-SA avoue son impuissance
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Pôle judiciaire : La chasse à Iyad Ag Ghaly

A la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée lundi dernier, M. Samaké est revenu sur les actions en cours pour traquer les terroristes et autres criminels. La lutte contre le terrorisme est bien enclenchée dans notre pays.

Lire

18-10-2017

Antiterrorisme : Annonce de la chasse à Iyad Ag Ghaly par le Pôle judiciaire spécialisé

 

Collectivités territoriales : La CMA exige la libre administration

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Institut Afro-Arabe : Alphabet arabe, trésor pour langues africaines
Crise malienne : La Cédéao dénonce la Minusma
Visite du président de la republique à Kayes : IBK honore la femme rurale
Situation du pays
Rentrée universitaire 2017-2018 : Le Snesup pose ses conditions
Douanes : Environ 52 milliards Fcfa de recettes mobilisées en septembre dernier
Enseignement supérieur : Le SNESUP suspend sa grève illimitée jusqu’au 2 janvier 2018
SAHARA OCCIDENTAL
Le nouvel émissaire de l’ONU attendu dans les camps de Tindouf

Le nouvel envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Koehler, pour la première fois dans la région depuis sa nomination, est attendu mercredi à Tindouf, dans l’ouest de l’Algérie, où vivent plus de 100.000 réfugiés sahraouis. M. Koehler, chargé de relancer les négociations entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario, a entamé sa tournée lundi au Maroc, qui contrôle depuis 1975 une grande partie de cette ex-colonie espagnole. Dans le cadre de ce séjour, effectué dans une grande discrétion, l’ex-président allemand nommé en août par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a rencontré mardi le roi Mohammed VI, mais rien n’a filtré de leurs entretiens. Soutenu par l’Algérie, le Polisario a proclamé en 1976 une République arabe sahraouie démocratique (RASD) et réclame un référendum d’autodétermination. Depuis 2007, Rabat propose comme solution de "compromis" une autonomie sous sa souveraineté, ce que refuse le Polisario. "La +qualité+ de son accueil (à Rabat), avec un blackout médiatique, est une preuve que le Maroc campe sur ses positions et sera un obstacle aux efforts" de M. Koehler, a affirmé mardi soir à Tindouf (1.800 km au sud-ouest d’Alger), Ahmed Boukhari, représentant du Polisario auprès de l’ONU. Selon M. Boukhari, le mandat de Horst Koehler va être entravé "premièrement par le manque de volonté politique de la part du royaume marocain et sa tentative" de maintenir "le statu quo". "Le deuxième obstacle, a poursuivi le dirigeant sahraoui, est la position au sein du Conseil de sécurité" de l’ONU de la France, dont le "soutien" au Maroc pousse, selon lui, Rabat à "l’intransigeance". A Tindouf, situé à 1.800 km d’Alger, près de la frontière avec la partie du Sahara contrôlée par le Polisario, M. Koehler visitera plusieurs camps, où vivent entre 100.000 et 200.000 réfugiés sahraouis,les chiffres variant selon les sources en l’absence de tout recensement officiel. AFP

GUINÉE ÉQUATORIALE
Des contrats pétroliers relancent la production

La Guinée équatoriale a signé mi-octobre plusieurs contrats pétroliers avec des entreprises étrangères, a annoncé le gouvernement équatoguinéen, salue une relance du secteur pour un pays qui fait face à une crise économique conséquence de la chute des cours du brut en 2014. La firme britannique Ophir Energy et l’américaine Kosmos Energy ont signé le 12 octobre avec la compagnie pétrolière nationale de Guinée équatoriale GEPetrol des contrats de "partage de production", a indiqué mardi le gouvernement sur son site internet. Ces contrats concernent respectivement le bloc EG24 pour Ophir Energy, et les blocs S, W et EG21 pour Cosmos Energy, a précisé le gouvernement. Ophir Energy est également impliquée avec GEPetrol dans la mise en œuvre du "projet Fortuna", plus grand projet de production et de transformation de gaz du bloc R, un site offshore à l’ouest de l’île de Bioko, indique le texte. Ces nouveaux contrats "s’inscrivent dans le cadre de la réactivation de l’activité d’exploration pétrolière et donc de la production en Guinée équatoriale", selon le communiqué. Ce pays pétrolier d’Afrique centrale de près d’un million d’habitants subit encore les conséquences de la chute des prix du baril en 2014, qui arrive au même moment que la crainte de la maturation de ses principaux champs pétrolifères. Avec une production de près de 250.000 barils par jour en 2015, le pays est devenu en mai 2015 officiellement membre de l’Opep, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Mi-août, le gouvernement équato-guinéen a annoncé des prévisions de chute de 21% en 2018 de sa production pétrolière, entraînant un nouveau recul du PIB. L’exploitation du pétrole, principalement par des entreprises américaines, a débuté à la fin des années 1990 et. La rente pétrolière et les hydrocarbures représentent plus de 90% des exportations.AFP

KENYA
Le président de la commission électorale hausse le ton

Le président de la Commission électorale kényane Wafula Chebukati a émis mercredi de forts doutes sur sa capacité à organiser une élection présidentielle crédible le 26 octobre et dénoncé les "interférences" de la classe politique. Quelques heures après la démission d’une des sept commissaires de la Commission électorale (IEBC), Roselyn Akombe, M. Chebukati s’est livré à une critique virulente des dirigeants politiques kényans, de tous bords. "Je donne un carton jaune à tous les dirigeants politiques du pays (...) En tant qu’arbitre, je veux adresser un sévère avertissement aux joueurs de ce match, dans tous les camps, (pour leur signifier) qu’ils devraient cesser toutes tentatives d’interférer avec le processus", a-t-il déclaré en conférence de presse. M. Chebukati a également observé que l’IEBC était minée par des dissensions internes, qui avaient sapé son autorité et l’avait empêché de garantir son bon fonctionnement. "J’ai fait plusieurs tentatives pour obtenir des changements majeurs, mais toutes mes propositions ont été rejetées par une majorité de commissaires" "Dans de telles conditions, il est difficile de garantir une élection libre, équitable et crédible", précisant cependant que la Commission était sur le plan technique et logistique prête à organiser l’élection du 26 octobre. M. Chebukati a notamment demandé aux membres du secteur administratif de l’IEBC - le personnel non élu contrairement aux commissaires - qui ont été mis en cause après l’annulation en justice du scrutin présidentiel du 8 août, de se mettre en retrait. "Sans des changements majeurs au niveau de membres clés du personnel du secrétariat, une élection libre, équitable et crédible sera sûrement rendue impossible", a-t-il insisté.Le 1er septembre, la Cour suprême avait annulé la confortable réélection de M. Kenyatta (54,27% des voix) en critiquant vertement l’IEBC pour avoir organisé une élection qui n’était "ni transparente, ni vérifiable".AFP

NIGERIA
Quatre missionnaires britanniques enlevés dans le sud

Quatre missionnaires britanniques ont été enlevés par des rebelles présumés près de la ville pétrolière de Warri, dans le sud du Nigeria, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Les ressortissants britanniques ont été enlevés le 13 octobre "par un groupe de cinq rebelles" à Enukorowa, près de Warri, dans l’Etat du Delta, a affirmé à l’AFP un habitant, Theo Fakama. "Les victimes (...) étaient engagées dans des activités religieuses et d’accès aux soins gratuits dans la région depuis 2014", a-t-il précisé. Le porte-parole de la police dans l’Etat du Delta, Andrew Aniamaka a confirmé lors d’un point de presse que toutes les victimes "sont de nationalité britannique, dont deux sont un couple, qui faisaient de l’humanitaire dans la région depuis un certain temps". "Malheureusement, elles n’avaient pas informé les autorités de leur présence dans la région pendant tout ce temps", a ajouté M. Aniamaka. "Il y a un groupe rebelle qui opère dans la région et nous croyons qu’il est derrière cet enlèvement", a-t-il ajouté. Les ravisseurs ont aussitôt "emmené les victimes dans l’intérieur où nous croyons qu’elles sont détenues depuis cinq jours", a-t-il dit. Le motif de cet enlèvement restait flou mercredi, mais une "équipe anti-kidnapping" a été déployée en collaboration avec l’armée pour secourir les otages. Le phénomène de l’enlèvement contre rançon est particulièrement répandu au Nigeria (4e pays au monde en 2016, selon Control Risk, organisation internationale de surveillance des risques. Après quelques années de relative accalmie, le phénomène s’est amplifié depuis plusieurs mois avec la crise économique que traverse le pays. Le 12 octobre, un prêtre italien, Maurizio Pallu, avait également été enlevé près de la ville de Benin, dans l’Etat d’Edo, voisin du Delta, par un groupe de miliciens armés. Le gouvernement italien a annoncé mercredi sa libération, sans en préciser les conditions.AFP

 

Promotion de la teinture au Mali : Une émission de téléréalité prévue le 27 octobre prochain
Gasmart Event et ses partenaires dont l'Association des teinturiers sérigraphes de Bamako, Millenium Communication organisent le 27 octobre 2017, une émission téléréalité pour la promotion de la teinture au Mali dénommée : Gala d'or. L'information a été donnée le vendredi 13 octobre 2017 par les initiateurs de l'émission au cours d'une conférence de presse tenue à l'hôtel de l'Amitié de (...)
 

Santé publique : "Nos mains, notre avenir"
Le Mali, à l'instar de la communauté internationale, a célébré dimanche 15 octobre à Somasso, cercle de Bla, région de Ségou, la 10e édition de la Journée mondiale du lavage des mains au savon. Un geste qui sauve des vies. Le thème de cette année était : "Nos mains, notre avenir". La Commune rurale de Somasso a abrité cette année la 10e édition de la Journée mondiale du lavage des mains au (...)
 

© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés