A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Mali : report du référendum sur la révision de la Constitution
Révision constitutionnelle : Une marche gigantesque prévue pour le 1er juillet
Attaque terroriste contre le campement kangaba : 9 morts dont un élément de force spéciale
Attaque à Bamako : une Malienne et un Portugais travaillant pour l’UE tués
Processus de paix au Mali : La CMA rejette la charte pour la paix
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Révision constitutionnelle : Le collectif « Antè A Bana » exige « le retrait pur et simple »

Cette décision de report intervient alors que le Collectif « Antè A Bana, Touche pas à ma Constitution » prévoit une série de manifestations...

Lire

23-06-2017

Révision constitutionnelle : Le front du « non » maintient la pression

 

Mali : report du référendum sur la révision de la Constitution

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Hopital du Mali : Le Premier ministre au chevet des blessés du campement "Kangaba"
Déploiement de la force G5 SAHEL : La question du financement divise toujours
Vente promotionnelle de bovins : Les prix varient de 200.000 FCFA à 300.000 FCFA
Situation du pays
Une trentaine de morts dans des violences intercommunautaires
Attaque terroriste contre le campement kangaba : 9 morts dont un élément de force spéciale
Attaque à Bamako : une Malienne et un Portugais travaillant pour l’UE tués
RDC
Est de la RDC : sept morts dans des combats entre l’armée et une rébellion

Au moins sept personnes ont été tuées jeudi dans des affrontements à l’arme lourde entre des miliciens et des militaires congolais à Beni dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source policière. Tôt dans la matinée des rafales d’armes légères et des détonations de tirs d’armes lourdes étaient entendues en provenance d’un quartier est de Beni, ville du nord de la province du Nord-Kivu."Lors des affrontements près de l’état-major de la police, sept assaillants ont été tués et un huitième est grièvement blessé", a déclaré l’AFP le colonel Safari Kazingufu, chef de la police de Beni. "Les assaillants tentaient de libérer des détenus de l’état-major, de l’auditorat militaire ainsi que des détenues de la prison de femmes de Beni", a ajouté l’officier qui a indiqué qu’ils "ont été repoussés loin" de ces trois cibles Le 11 juin, 900 détenus s’étaient évadés de la prison de Beni après une attaque armée menée par des inconnus. Samedi et dimanche les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient affronté des miliciens d’un groupe d’autodéfense dans de violents combats qui ont fait au moins une dizaine de morts dans la région de Beni. L’armée a affirmé que parmi les assaillants, il y a des prisonniers qui s’étaient évadés de la prison centrale de Beni le 11 juin.Les Maï-Maï sont des groupes "d’autodéfense" constitués sur une base essentiellement ethnique. Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), nombre de ces groupes ont été armés par le pouvoir pour combattre les envahisseurs ougandais ou rwandais. Certains n’ont jamais désarmé.L’Est congolais, constellé de groupes armés nationaux et étrangers, est déchiré par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.AFP

GHANA
Une génération de Ghanéens mobilisés contre la corruption

Après avoir remporté les élections sur la promesse d’éliminer la corruption, le président ghanéen Nana Akufo-Addo est confronté aux appels de plus en plus pressants de la rue pour respecter ses engagements. Fin mai, des centaines de Ghanéens ont manifesté à Accra devant l’agence anticorruption, le Bureau des crimes économiques et organisés, pour réclamer des arrestations et des poursuites contre les délinquants financiers, ainsi que la récupération des sommes détournées. En parallèle, OccupyGhana, un groupe de pression citoyenne, a commencé à porter des affaires de corruption devant les tribunaux l’an dernier. La Cour suprême a statué en sa faveur ce mois-ci, après avoir reçu une pétition de l’ONG réclamant des sanctions contre quiconque aurait détourné les fonds de l’État. "Si vous voulez renforcer la démocratie, vous devez renforcer le système juridique", a alors déclaré le porte-parole d’OccupyGhana, Nana Sarpong Agyeman-Badu. "Si le pouvoir judiciaire est renforcé et que nous lui faisons davantage confiance, je ne pense pas que les membres du gouvernement et les parlementaires pourront s’en tirer comme ça", a-t-il ajouté. La précédente administration de John Dramani Mahama a été entachée par une série de scandales de corruption, y compris au sein du système judiciaire. En 2015, le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas avait diffusé des séquences vidéos tournées en caméra cachée de magistrats acceptant des pots-de-vin pour influencer les verdicts. Selon M. Anas, dont le leitmotiv est "nommer, déshonorer et emprisonner", chaque citoyen devrait lutter contre la corruption et aucune institution ne devrait être "intouchable à cause de son nom".Il a fait de l’immersion une spécialité et utilise lors de ses enquêtes une batterie de déguisements. On le surnomme au Ghana "le James Bond du journalisme". AFP

SENEGAL
7 ans de débat pour un nouveau code de la presse

L’Assemblée nationale du Sénégal a adopté un nouveau code de la presse, un texte en gestation depuis sept ans et visant à améliorer les conditions de travail des personnels de médias, a-t-on appris mercredi de source parlementaire et auprès des associations de presse. Le code adopté mardi soir, qui remplace celui de 1996, doit être validé par le gouvernement. Le texte était en discussions depuis 2010. "Nous sommes satisfaits. Nous avons attendu sept ans", a affirmé à l’AFP Bakary Domingo Mané, un responsable de la Coordination des associations de presse (CAP). L’adoption du nouveau code a été retardée par une disposition qui supprimait les peines de prison pour les journalistes et à laquelle se sont opposés plusieurs responsables dont des députés. Ils ont estimé ne pas vouloir faire des journalistes une catégorie de citoyens au dessus des lois du pays. Cette disposition supprimant les peines de prison a été retirée dans le nouveau texte. L’exercice du journalisme, jusqu’ici sans barrière d’entrée, est désormais conditionné à une formation dans une école de journalisme ou à l’obtention d’un diplôme équivalent à la licence dont le titulaire doit en outre passer deux ans dans une rédaction. Le nouveau texte institue également un fonds d’appui à la presse et dote les entreprises de presse d’un statut spécifique sur les plans économique et fiscal notamment. "Le texte constitue une avancée sur plusieurs points, notamment sur le statut du journaliste", a affirmé M. Mané. "C’est un code élaboré de façon inclusive et consensuelle", a affirmé le ministre chargé de la Communication Mbagnick Ndiaye lors du vote, cité par l’agence publique de presse sénégalaise APS. "Le document n’est pas là pour sanctionner des personnes. Il appelle à plus de responsabilité de la part de tous les acteurs, le code va améliorer le niveau des médias, et redresser l’environnement de l’entreprise de presse", a ajouté M. Ndiaye.AFP

SOUDAN DU SUD
Bentiu, du rêve pétrolier au cauchemar de la guerre

Les murs des maisons sont criblés d’impacts de balles, et les rues désertes jonchées de morceaux de métal. Bentiu incarnait les ambitions pétrolières sud-soudanaises, mais seules quelques pompes à essence hors service, dont une abrite la carcasse d’un véhicule blindé, rappellent ces espoirs de développement. Les habitants de cette ville du Nord, porte d’entrée vers de nombreux gisements de pétrole de ce pays ayant accédé à l’indépendance en 2011, ont fui les combats entre les soldats du président Salva Kiir et les fidèles de l’ex-vice-président Riek Machar. Quelque 120.000 d’entre eux vivent désormais à l’extérieur de la ville, dans des huttes en terre surmontées de bâches en plastiques et cerclées par des tranchées remplies d’eaux usées dans lesquelles atterrissent parfois les ballons d’enfants jouant dans les allées parfaitement alignées de ce camp de l’ONU. Adieu la promesse de développement financé par le pétrole, dont la production a drastiquement baissé à la faveur d’une guerre qui déchiré le Soudan du Sud, faisant des dizaines de milliers de morts depuis décembre 2013 et marqué par des atrocités à caractère ethnique, dont le viol et la torture. En tout, plus de 3,7 millions de Sud-Soudanais ont dû quitter leur foyer, soit le tiers de la population. Après plusieurs années de combats et d’atrocités attribuables aux deux camps, les soldats gouvernementaux contrôlent désormais Bentiu, où un calme relatif s’est installé. Mais ce n’est pas pour autant que les habitants du camp, principalement des membres de l’ethnie nuer, celle du rebelle Riek Machar, ont envie de rentrer chez eux. Les habitants n’ont plus d’endroit où rentrer et dépendent des Casques bleus pour leur protection. Les hommes craignent la mort, le femmes le viol.AFP

 

Le romancier guinéen Tierno Monénembo reçoit le Grand prix de la francophonie de l’Académie française
L'écrivain guinéen Tierno Monénembo a été distingué jeudi 22 juin 2017 par l'Académie française, qui lui a décerné le prestigieux Grand prix de la francophonie. Le Grand prix de la francophonie a été décerné jeudi 22 juin à Tierno Monénembo, auteur guinéen engagé, pour l'ensemble de son œuvre. Le romancier est notamment l'auteur du Terroriste noir. Son dixième roman paru en 2012 fait le (...)
 

Lutte contre la drépanocytose : Les acteurs s’engagent à réduire l’incidence de la maladie
A l'instar de la communauté internationale, le Mali a célébré le lundi 19 juin 2017 la 9è Journée mondiale de sensibilisation et de lutte contre la drépanocytose. Une maladie héréditaire la plus rependue dans le monde avec 156 pays touchés dont les 2/3 en Afrique. « Dépistage systématique, un moyen efficace de lutte contre la drépanocytose » : était le thème de cette 9e édition de la journée (...)
 

© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés